.

.

.

.

.

.

.

Les enfants étaient dans la rue. Elle ne me sourit pas. Elle m’a tendu le coude. Elle m’a dit le jardin ne ferme jamais à cet endroit là. Son accès est libre à toute heure de la journée. Demain je fais le grand tour. Demain j’aurai un manteau rouge. Avec gants. Elle m’a offert une goutte d’eau sucrée sur le front. Menton. Respiration forte et imprécise. Comme du sel jeté avec la langue au-dessus d’un pont. Un minéral fin en train de sécher sur du fil à coudre. Un colorant que je goutte maintenant à l’ombre des grands arbres. Mangeant le cœur des fleurs et des hélices. Au bout de deux assiettes. Au centre quelques statues courbées dans une lumière verte et incisive. Opale. Phosphorescente. Et blanche. Pour ne montrer que la courbe des dos nus. Arque boutés dans le silence et la douceur des nuques. Ecrasées par la chaleur et le doux picotement des guêpes. Collées dans le bronze. Imitant ainsi à la perfection. Le battement d’un cil arrêté sur de la pierre de Corinthe. Abimée au-dessus des épaules. Les enfants étaient dans la rue.

.

.

.

.

.

.

.