30 mars 2008

TRIPTYQUE MANON

. . . . . . . . . . . . . .
Posté par d i v à 13:15 - Commentaires [1] - Permalien [#]

29 mars 2008

SOIXANTE QUINZE PULSATIONS MINUTE

. . . . . . . . . avec la langue qui frétille dans une espèce de douceur distillée c’est calme c’est l’horizon je plonge dedans je me tue je touche une petite fente entre la cuisse pour voir si je résiste à la peau plus d’une seconde avec une voyelle dans la bouche un dos nacré une fenêtre qui nage vers la porte nous sommes pris de vomissement ma sœur et moi que j’ai tué dans l’appartement avec le fil du téléphone en roulant j’en comptais douze pas de plus qu'hier pas unes ne manquaient à l'appel des petites... [Lire la suite]
Posté par d i v à 10:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 mars 2008

DEMARCHE

. . . . . . . . . Je n’ai pas du tout saigné aucuns bleus sur la poitrine ni sous les aisselles ça me fait peur de traverser la rue sans te tenir la main tu sais j’écris des livres tu sais j’écris des livres pour la première fois de ma vie je me sens léger comme si je n’avais pas pu en finir avec les ombres je peins des murs qu’on traverse à pieds nous sommes des soleils un peu flous flottant tu sais maintenant je divise tout par deux on peut faire une division avec des traits des couleurs dans des corps... [Lire la suite]
Posté par d i v à 10:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 mars 2008

MATHEMATIQUE

. . . . . je me débats enfin j’essaie de me débattre en fin du soleil j’en ai partout même à des endroits où je ne voulais pas que tu passes des tendons solides pour marcher droitdans une soucoupe quand tu as froid tire la langue fait fissurer le chaud éclaboussetoiprojette en l’air dis-moi l’endroit humide où il faut que je souffle est-ce par là est-ce icique de la douceur s’entrecroise se coupe se récupère avec la corde avec la boucle en l’air le couvioletle coude abîmécombien de chiffresen sur impressionpour remplir... [Lire la suite]
Posté par d i v à 14:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 mars 2008

64 CASES ET HUIT FOIS 8

. . . . . . . . . . Il y a toujours ce jaune ultra-violent sur les murs de la clinique neuropsychiatrique. Avec de la mousse. J’aimerai quelque chose de beaucoup plus doux dans la bouche que ce capuchon de stylo feutre en plastique. J’aimerai une dose supplémentaire de sucre sous la langue pour adoucir le palais pour le goût pour la couleur pour le reste pour le dessous des ongles. Le mot ongle c’est un mot que j’adore écrire à cause du rythme que cela peut donner dans une phrase et du... [Lire la suite]
Posté par d i v à 11:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 mars 2008

L'INDIANA

. . . . . . . . . . . . . . . .
Posté par d i v à 12:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 mars 2008

JE EST MANON

. . . . . . . envie de l'écrire ici en grand votre drap coupé sent très bon l'amende verte, je connais maintenant tous les coutours de la main même la couleur des draps de votre chambre s'il faut envie de vous écrire ça et là, sur la peau, je n'ai pas sommeil je n'ai plus sommeil je n'ai pas dans la poche 25 fusains naturels de Saule mais un peu plus dans un petit buisson je schématise une ombre de plus voilà tout c'est fait, c'est exact elle est à vous la longue liste à remettre sur le mur avec votre plus... [Lire la suite]
Posté par d i v à 23:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 mars 2008

MANON

. . . . . . . .. . . . . . . . . . .
Posté par d i v à 13:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 mars 2008

TRANSGRESSION DES GOURMANDISES

. . . . . . . [le verbe d'existence est un exposant temporel qui fonctionne avec l'auxiliaire être] [r t/r b]palpe parle moi parlons plus bas palpe moi un peu plus bas un peu de ta langue un peu de ta bave dans un petit coin au-dessus des épaules mais ne réveillons pas l’enfant qui peint en vous surtout pas ne calculons pas le trait primitif calmement posé étiré souple et pluvieux des modèles vivants si je meurs exprès à côté d’un trait rouge derrière le cou contorsionné entre de la... [Lire la suite]
Posté par d i v à 13:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 mars 2008

LA BABALLE VERTE

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Posté par d i v à 12:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]