.

.

.

.

.

.

.

.

.

On cherche d’abord la racine, mais il y a une autre méthode pour chercher la racine, une dent, un espace un peu plus petit, un autre modèle, une jupe, de la cortisone, elle le regarde elle le repose elle l’assoie, elle le silence aussi de bas en haut, pourvu qu’il fasse beau pourvu qu’il ne pleuve pas, elle lui dit qu’elle le regarde, qu’elle n’envisage pas d’autres solutions ni d’autres angles, que ses boucles ont disparu depuis la dernière fois, elle le défigure, elle le change de place de côté d’odeur, ici il aura plus de lumière, plus d’inconfort, plus de chose toxique, elle lui marche dessus, elle se laisse faire, elle le touche avec le bout de son pied blanc ou de son pouce, mais c’est le bout de la langue qui dirige tout, et non le silence des couleurs qui tombent à l’aplomb, il ne s’en rappelle plus, c’était quelque chose de blanc, d’indélicat de fort, de posé, maladroitement, c’était un autre jour, il a soif, maintenant il a soif, il faut que tu te reposes, je reviendrais ici de temps en temps, c’était dans la chambre, c’était accroché sur le mur, à côté d’un masque pour enfant avec des plumes et des agates en nacres ou du tissu, elle ne s’en rappelle plus, était-ce avec le coude ou avec la langue qu’elle a cassé le métal, elle joue du piano, du livre, de la poussière un peu plus petite, maintenant elle joue du piano sur ses peaux avec ses petits doigts qui viennent et qui repartent sur la peau, qui viennent buter, l’eau est chaude l’eau est partout l’eau est quelque part, il y a même des petits sillons qui se sont formés tout autour, c’est creux creusé, entremêlé, disparu dedans, elle dit que le dessus de la peau est quelque part, elle dit que le dessus de la peau est chaude, que l’eau est de travers, que c’est l’été, qu’il pleut, qu’il pleut un peu partout parce que c’est l’été après il fera chaud, ou quelque chose comme ça, ça glisse c’est partout dedans, c’est entré, ça a devancé le bord, ça suit par points, qu’elle est heureuse comme ça, que le terrain marron glisse derrière la maison, et que comme ça c’est beaucoup plus difficile après pour cueillir des cerises dans les arbres. 

.

.

.

.

.

.

.

.