.

.

.

.

.

.

DSCN3193

.

.

.

.

.

Je n’en peux plus de la petite boite noire. Je croque du sel dans la ville froide. Beaucoup. Je sèche des questions. A la va vite. En équilibre. Un goût sucré. Dans les salives. C’est ça. Du nerf sous des néons. Pour te toucher. A m’en faire mal. A m’en pleurer. Dessus. Sur la pointe des pieds. Atroces. Quelques plantes vertes. Avec pull rouge. Ressemble à quelque chose de très beau. Elle tremble à peine. Quand elle a froid. Le silence est magnifique. T’as mis ton pied dedans. En poudre. En rafale. Mourir dans des bras. Sur de la musique. Des violons. C’est la vie. Avec des doigts sales. On a mangé l’os. J’aimerais avoir un vagin. Pour m’introduire des trucs pointus. Sur du gravier qui roule. Un peu. Trop. Violent. La main droite. Ca m’a pris des heures. Avec autant d’eau. Des murs verts. Comme de la mémoire neuve. Double. Des corps cassés. Le corps à la fête. En façade. La première que j’ai touché. L’eau des cliniques. Avec du sable lent. Les récifs. Comme si de rien n’était. Palmer. Un ventre droit. Ta bouche quand elle est mauve. Est indéfinissable. Ne se prononce pas. Te l’ai-je déjà dit. Ca glisse dans tes cheveux. Un. Zéro. 4. Je respire des champs de coquelicot. Une rue à traverser. Quand les plafonds sont hauts. Voilà. Je t’en mets. Pleins. D’angle mort. Dans la plaine. Il faut remplir des cases. Un corps à traverser. Dans une coupure. Un courant d’air. Des lèvres douces. Le muscle des deux mondes. Quand ? J’étais morte.

.

.

.

.

.

.

.

.

.