.

.

.

.

.

.

.

DSCN3153_1_

.

.

.

.

.

.

.

Les enfants étaient dans la rue. Je trouve que c’est organisant l’eau. Du vent. Des hélices. Des cheveux pris dedans. Je trouve qu’il a fait beau aujourd’hui. Ça n’ira pas plus loin. Le beau temps. Cette articulation. Rare et précieuse Il faut limiter les copies. Moi aussi j’aimai me casser la gueule. DANS LES récifs. Palpe -moi. Envie de l'écrire ici en grand. Il y a toujours ce jaune ultra-violent sur les murs de la clinique neuropsychiatrique. Je me débats. Je n’ai pas du tout saigné. Aucuns bleus. Avec la langue qui frétille. C’est comme une espèce de douceur distillée. On cherche d’abord la racine. UN COUPABLE. Un innocent. Une écriture. J’ai tout perdu. Tu sais. Je suis impatiente. Tout ça. C’est à cause de la peau. DE L’OREILLE. Du noire. Dans un CIRQUE. j' AI VU. UNE Fillette mal suspendue. COMME De la viande abattue entre deux fils de Fer. BLANC. EN BALSA... Tu disais monte sur mes épaules. TU DISAIS. Tu l’attrapes pour moi. Sur la dernière branche. Le fruit collé a l’autre. Absolument plus rien ne peut détruire. Ni arrêter les voix. La densité des voix. Le grain qu'il y a sur la toile des tableaux... C’est comme si. On n’en n’avait pas assez du goût des autres. Le petit chien jaune n’est pas mort. La greffe a tenu bon. LE PETIT CHIEN jaune EST MORT. Ce matin. J’étais très enfermée. J’étais très seul. Je suçais toujours mon pouce. [ Ne laisse rien. ] Ne laisse rien - DE CETTE ŒUVRE. Aucune chair en train de patauger dans l’eau. Aucun espace. Aucun déchiffrage. Le tri des pommes pourries. Laissés derrière le mur. C’est l’Amour. Tu l’as perdu cent fois. Une belle journée commence, ça sent bon. Je suis sec. Comme un con avec De la peinture acrylique. SOUS LES ONGLES. J’ai mis des fleurs. SUR MA TOMBE. J’ai mis Mon Ame. Sur le Coté. Promène-moi du bassin : à la lune. Mes horizons rouges. Il y a de l’eau. ET PUIS Des orages inversés. Au centre. La mer commence à toucher mes pieds. REINVENTONS. REINVENTONS. Tu sais. J'y crois encore au bonheur. A Cette couleur pale. Qui passe directement au brun. SOUS LES FEUILLES blondes. J’ai pas d’enfant. Je m’arracherai DES peauX. POUR déchirer la première page d’un livre. IL FAUT DU TEMPS. C’ETAIT le rêve extraordinaire des enfants morts. C'était de l'eau chaude... POUR avoir Du ruban un peu plus souple sous les doigts. Après l’amouR. Si je pouvais renaître. JE LE FERAI]. Je veux mourir ce soir. Les espaces blancs. TOUJOURS dES ESPACES. BLANCS. Et l’air si délicieux ET DOUX. QUE L’on sent. Sous les tableaux décrochés. le VENTRE DES TABLEAUX. Ils sont tous sales. IL Y A. Le portrait bleu du père mort. Déchiré. Jeté. Il y a le portrait bleu du père mort. Déchiré. Jeté. Je te touche. Je te touche. Tu dis que ma peau. Est douce comme de l’alphabet grec. Ancien. LA DESTRUCTION DU PèRE. Une autre enveloppe. Un trait. Dans les cheveux. C’est l’histoire d’un fil. ET D’Un ciel immense. Ou chacun est le puzzle de l’autre. La clé. QUAND nous nous sommes manqués de peu. Mourir. Comme ça. MOURIR. Pour disparaître un jour et sans mémoire. Mon pauvre amour. Pourrie-moi. Cette couleur orange. QUE J’AI Dans le pied. J'aimerai être heureux. La vie est une sale petite pute. Apprendre à rire de tout c’est ça la poésie universelle. Et la PEINTURE. C’est le monde. J'ai retrouvé mes jambes d'enfant. Sur l’A4. Un autoroute où le soleil n’était pas jaune. Quand on ferme les yeux. Nos mains. C’est dégueulasse. Un viol. Une dentition. Je regarde un livre posé à l’envers. J’ai de la cire plein le cul. Tes dents tomberont toutes seules… Entre tes jambes. J’aime TOUCHER le silence irréel du PLAFOND. JE VEUX VOIR LE CIEL. Je veux noir. LA DESCRIPTION DE L'OBJET - JUSQU'A SON EPUISEMENT_TOTAL. qu' Un rectangle. INVISIBLE & creux. Pendant qu’Un homme de petite taille. Découpe une feuille de papier avec une paire de ciseau. BLEU. C’est la description d’une chambre. Ensoleillée. QUE TU VOIS. Le blanc coupé en deux. [ Un train. ] comme UNE ONDE DE CHOC sous la peau… Dans la petite boite noire. Il y a Des amalgames dentaires. AVEC le FILS. SuSpEnDu. AU PLAFOND COMME

J A N U S [...] il y a des dents. IL Y A LA PORTE DES ENFERS, C’est ainsi que ce passe tous les suicides. MEMe Vieille merde.  

.

.

.

.

.

.

.

.

DSCN3153_1_

.

.

.

.

.

.

.

.