:
:
:
:
:
:
Alexander McQUEEN
:
:
:
pourquoi je ne me suicide pas tout de suite comme eux et qu’on n’en parle plus de cette histoire sans fond ni roulement je n’ai qu’un tambour sur les os de la peau par alternance quand ça brille il paraît que le soleil est bénéfique qu’il est réparateur c’est un bien fait c’est plein de vitamines mais je n’ai strictement rien dans cette vie de merde et personne je dis bien personne autour de moi ne s’intéresse à qui je suis vraiment tout ça c’est de la bille du langage du verbe auréolé de la manipulation génétiquement friable de la merde du semblant du blabla que dis-je un velouté de soupe appréciable et encore on parle derrière mon dos on dit du mal de moi on veut sauver les apparences mais c’est pas ça du tout qu’il faut retenir je sais que je ne ferais rien dans cette vie là les couleurs sont diamétralement opposées aux autres les formes sont artificielles les mensonges ont pris le pouvoir la vérité est une vieille pute qui a vendu ses dents contre du fil dentaire alors il faut bien les coudre quelques parts les belles promesses sur la manche d’une veste cent pour 100 coton acrylique la crise la belle couleur du chat angora je la connais par cœur et sur le bout des ongles et quoi d’autre encore je suis toujours frappé par ce qui est beau et modulable à souhait je crois qu’il est temps de songer à autre chose de plus central et de plus connivent la belle sortie si tu veux t’affranchir elle est au bout du couloir tu peux ouvrir grand la gueule comme un judas comme un trapèze fermer un sas pour ouvrir une autre porte devant toi il y en a pleins d’autres comme ça des portes et des sas de toutes les couleurs et de toutes les formes tu as le choix et la garantie marquée dessus c’est indéfinissable et bien centré il y a des numéros comme toi et moi il y a des routes à prendre dans le lointain et à proximité de la zone habitable avec stores et jardins pourquoi des porcs ont baisé toute une semaine pour faire de moi un homme ou un enfant je ne sais plus très bien ce qu’il faut dire ou taire ou bien caché dans son ventre pour comprendre qu’on a un corps une âme d’enfant un corps de femme je garde toujours avec moi une pierre ovale dans les poches pour me guider sous les étoiles éphémères transparentes une éjaculation précoce un ballet dans le cul tiens je suis un putain de cheval au galop qui a le dos mouillé pour fuir quelque chose qui ne me suit même pas c’était la mer d’huile hier c’était le soleil baroque aujourd’hui c’est mon ombre qui me rentre dedans comme un camion c’est un grain de sable dans l’œil tout à l’heure qui me faisait mal à la langue quand j’ai mâché mon estomac dans ce trou à merde je tombais violement sans m’en rendre compte sur le ventre de ma mère peut-être que je dormais peut-être que j’essayais une robe en flanelle noire pour le bal de demain soir peut-être que je suis mort hier comme une grosse conne
:
:
:
:
:
: