22 mai 2012

                                Szigetvár           Des coupes franches. Dans la terre déchiquetée. Nous tiens en haleine. Du matin au soir. C’est au centre de nous-même. Que tout ce passe. Plus un bruit. Plus qu’une heure à attendre. Pour savoir si je suis encore en vie. Je respire pas. Je respire. Je pense à toi. De l’autre côté du Rhin. Je sais qu’il y a ta peau. Du matin au soir. Je dois me battre. Avec... [Lire la suite]
Posté par d i v à 02:57 - Commentaires [4] - Permalien [#]

20 mai 2012

                                     
Posté par d i v à 17:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 mai 2012

            IL EST DIX-SEPT HEURES TRENTE              Comme une agate. Toute retournée et verte. Dans tes cheveux. Que la mer souligne à peine. Oh pas longtemps non. C'est juste une impression. Et puis ta bouche. Du rouge à lèvre une guêpe. Je vois aussi la marque d’un crayon rouge.  Affuté sa forme je crois est un losange. Pleine de lumières jusqu’ici. Nous sommes dehors. Qu’est-ce qu’on n’a pas vu hier. Qu’est-ce qu’on a loupé tous les deux.... [Lire la suite]
Posté par d i v à 12:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 mai 2012

                             L'HOMME DE TROP         Du monde dans mes main du bruit dans l’escalier j’entends plus rien tu me dis d’arrêter de te suivre je comprends tout maintenant un bateau ivre un trésor pour se perdre un cri plus puissant que les oiseaux pour traverser la nuit la mer je suis à bout un cran d’arrêt juste en-dessus plus rien ne se sera comme avant maintenant je peux sortir dehors et regarder ton... [Lire la suite]
Posté par d i v à 13:13 - Commentaires [1] - Permalien [#]
19 mai 2012

              Joël Deprez      [ Celui qui doit mourir est mort,  dit Euripide, et celui qui est mort n’existe pas. ]       dis dis-moi pourquoi tu me regardes comme ça de quoi j’ai l’air j’ai l’impression de voir des scènes de guerre tout autour de moi une pièce de théâtre un amant fou qui se coupe la lèvre avec l’épaule pour embrasser le vide c’est loin tout ça c’est loin la coupe au lèvre est pleine la coupe au lèvre à sang liquide un verre d’eau... [Lire la suite]
Posté par d i v à 02:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 mai 2012

                            JE SUIS LE PEUPLE SINGE       Et le cheval qui tombe. Sur le sable sec. Et le soleil qui rentre. Sur le cheval tout propre. Je suis le peuple singe. Et le regard qui flambe. Sur des choses humides. Et le soleil qui tombe. Sur le retour des choses. Je suis le peuple singe. Et le discours d’une reine. Sur le bonheur qui fuit. Et le retard des trains. Le mauvais temps qui passe. Je suis le peuple singe. Sur... [Lire la suite]
Posté par d i v à 17:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 mai 2012

                              ON VOYAGE COMME ON PEUT     On voyage comme on peut tu les vois nos absences chroniques nos rires au fond de l’eau bois bois jusqu’à la lie la laisse qui traîne entre deux cordes où ton corps rebondira toujours il est temps d’avancer un peu plus loin chantonne chantonne l’eau entre les galets pour retenir ton souffle les petits papiers multicolores nous suivent à l’arrière de l’automobile pour nous... [Lire la suite]
Posté par d i v à 20:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 mai 2012

                              les montagnes russes         J’ai remarqué qu’on avait le même pas, hier dans la belle flaque, dans le corps de l’autre, je me retiens, ça te rassure, de sentir un espace, entre nous on entre seul, une prière, contre un mur, où les roses sont mortes, un peu après l’hiver, peut-être qu’on était différent tous les deux, perdus dans la nasse, quand l’eau quand l’eau, enfin rien du tout moi, je... [Lire la suite]
Posté par d i v à 13:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 mai 2012

                                je déteste les gens qui tuent les araignées           Le plus difficile c’est de trouver les mots quand quelqu’un s’en va, j’en ai laissé sur mes paumes des traits de toutes les couleurs, tu peux les compter avec tes doigts pour les disperser ailleurs, à bon escient salut tu ne peux rien pour moi, regarde je n’ai plus le temps d’accrocher les remorques aux wagons, tu verras... [Lire la suite]
Posté par d i v à 00:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 mai 2012

            MON ENFANT RUSSE                                               Mon enfant russe, à qui je donne le ciel, du lait avec ma bouche, du sucre avec ma langue, du sel sur la blessure, pour nourrir ton sein, sans rien à attendre en retour, je sais je sais tout ça, je sais où ça nous emmène, ça finira un jour,... [Lire la suite]
Posté par d i v à 13:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]