31 décembre 2012

                                         regarde un ongle sec à l’aplomb de nos corps tout doit disparaître avant ce soir son parfum emmêlé son silence l’air humide qui t’inquiète toujours plus bas à mon tour maintenant de mettre un petit lacet serré sur ta peau pour bien ouvrir le jour nous avons tout laissé ici goute à goute mer d’huile ramassée sur une petite route mouillée... [Lire la suite]
Posté par d i v à 13:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 décembre 2012

                      ils viennent vers nous à grand pas de géant le bonheur articulation de nos pensées les plus profondes j’ai perdu bien plus que j’ai pris qu’est-ce que tu caches dans ton ventre pour regarder droit à l’horizon venir homme suivait femme donnait du lait à son sein pour couvrir les draps l’hiver quand j’avais froid suivre en file indienne suivre en file indienne en écartant les bras comme un soleil qui tombe au milieu de nous donne-moi tes mots pour... [Lire la suite]
Posté par d i v à 00:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 décembre 2012

                a l i o c h a  2     C’est comme un corps à corps perdu. Autour de nos trois murs. On cherche le père qui est en nous. La semence du torrent qui tombe. Des coquelicots emportés. Par ton cou quand tu chutes. Dans le corps toujours en équilibre et à l’affut. L’eau la terre le feu le métal et le bois. Tout ce désastre dans la mère portée. Cicatrisante et verte sur le dessus. Qui nous achèvera toujours. Pour t’accueillir dans le néant. L’être et le... [Lire la suite]
Posté par d i v à 07:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 décembre 2012

                              MINSK       J’m’en rappelle on marchait côte à côte parfois tu passais devant moi il y avait Olga derrière nous avec les filles j’m’en rappelle très bien c’était l’été mon camarade les lacs autrefois ouverts sont-ils maintenant gelés on marche dessus les enfants attendent le printemps pour voir le ventre des enfants as-tu reçu ma dernière lettre avant de partir au front mon camarade un jour tu... [Lire la suite]
Posté par d i v à 00:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 décembre 2012

                                  DEMAIN JE SERAIS UNE FEMME N N N N Je l’ai repéré tout à l’heure Au milieu des garçons En train de danser comme une folle Sous les lumières scintillantes Mon dieu qu’est-ce que c’était beau Son rouge à lèvre qui se reflète avec ses joues Planté dans cette impression de me perdre à mon tour Au milieu de cette foule qui danse autour de nous Tu as manqué de te mordre la langue Tout à l’heure... [Lire la suite]
Posté par d i v à 03:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 décembre 2012

              RETOUR AU MONDE ; ; fatigué d’être ou d’avoir été ce que nous sommes éphémère dans la buée d’une larme le temps d’un instant le temps de la séparation fatigué d’être le pont écarté entre tes bras la nuit où tout semble avoir été jeté avant nous le silence c’est joué de nous un doigt dans la bouche pour me dire d’avancer à reculons je m’écarte un peu de la lumière pour appartenir à dieu après je serais toi un autre m’appartenir ouvrir les bras c’est mieux pour être avoir été un... [Lire la suite]
Posté par d i v à 21:09 - Commentaires [1] - Permalien [#]

13 décembre 2012

                                3 + six = 9       Sors de ton rêve. Il est déjà trop tard. Y a plus personnes. Regarde. T’es seul sur la route. Regarde. Les lignes blanches. Défilées dans ton cœur. Y a plus personne. Plus rien ne se passe. Comme avant. Ce que tu veux. Les autres. C’est souffrir de l’absence. Comme nous l’avons souhaité. On en diffuse. Nous sommes nous sommes. J’explore je sonde. Dans la mesure du... [Lire la suite]
Posté par d i v à 02:56 - Commentaires [3] - Permalien [#]
11 décembre 2012

                          aliocha     C’est quelque chose qui s’imbrique qui sèche entre trois cheveux c’est le monde c’est le morceau comme ça que tu ouvres avec ta cuisse c’est serré non courbe ni métallique ta bouche petit animal fauve comme la nuit qui s’installe en nous cavale cavale cavale écarte les bras comme le christ fait rentrer les plus belles couleurs dans tes cheveux pour que je m’éloigne derrière le trait horizontal ton iris tes... [Lire la suite]
Posté par d i v à 02:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 décembre 2012

                            killing zoé 2     des temples et des soleils cassés, à profusion dans les lignes, un animal nous ronge, et prend de la vitesse, la ville compte ses fantômes, l’espace d’un instant son histoire narrative, incomplète ça nous déchire, avec la peur au ventre, on est resté là autour de nous c'est le silence, j’aimerais rentrer dans ta tête, comme un médicament, la science infuse le monde va mal, c’est grâce à... [Lire la suite]
Posté par d i v à 00:13 - Commentaires [1] - Permalien [#]
09 décembre 2012

                                            LES ANGLES MORT       en revenant par les champs ma vie non pas ma vie une fenêtre dans une fissure avec l'abîme toujours ouverte   je suis dans le reflet tenu quand la mer blanche disparaît pour garder la chaleur du sang vivant aucune lumière ne pourra rien pour nous nous sommes les angles mort ses nausées ses impressions ses... [Lire la suite]
Posté par d i v à 00:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]