25 mars 2013

                      01 / L'ENDROIT AU-DELA DES PINS (texte & musique : d i v)     Oui Je suis juif pratiquant. Ashkénaze si tu veux. Dans le peuple de Salomon. Tombons marchons ensemble jusqu’à leurs livres. J’en ai plein le corps. J’ai les yeux bleus de ma mère. Et les mains assez nombreuses. Pour couvrir ton corps d’huile et de lumière. Assez forte pour éclairer la route. Quand nous partirons tous les deux. Sur le chemin des oliviers sous David.... [Lire la suite]
Posté par d i v à 00:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 mars 2013

          [ Have  a good day   my  darling ]                          
Posté par d i v à 14:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 mars 2013

                                HURLANTE NOVA (prose)            [ mais seul il se répand il lui faut un esprit un cœur pourciseler le tout pour canaliser polariser la radiation être aimé être vu à travers retenir ] [ f l ]       Peindre ou peindre écarte les bras je suis ici je vais te chier dessus comme si t’allais naitre encore une fois dans la rose dans la rivière dans l’ecchymose... [Lire la suite]
Posté par d i v à 01:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2013

                                                            L'ENFANT       [ Le goût délicieux de la tristesse ... quand sa présence tord les boyaux, quand sa force étrangle la gorge, quand sa persistance troue l'estomac et quand elle coupe le souffle, et fait sombrer dans... [Lire la suite]
Posté par d i v à 20:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 mars 2013

                                                VERTIGE                       Rond dans l’eau. Passage entre 3 couleurs. Regarde regarde. Comme si c’était la chute. Te suivre encore. Avec sur la peau. Des souvenirs. Des gouttes de pluie. Sur le genou perlent. Et c’est l'éclaboussure. Toutes... [Lire la suite]
Posté par d i v à 11:56 - Commentaires [1] - Permalien [#]
01 mars 2013

RIEN DE NOUVEAU ICI

                  J’aimerai quand la nuit vient que ma bouche soit comme un morceau de chocolat pour me rouler dans l’eau Mais il est déjà trop tard sept heures du matin tu sembles froisser dans un angle éclairé par les stigmates de la mort Sais-tu que nous touchons sans le savoir des trains fantôme avec nos cheveux fous défaits un meuble propre pour nos affaires Sais-tu qu’une tumeur rebondit deux fois plus vite 2 fois plus fort quand on a les poings serrés J’ai mesuré l’impact du... [Lire la suite]
Posté par d i v à 18:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]