30 avril 2013

                          Tu dormiras dans mes bras. Dans la danse du papillon crevé. A mains nues tous mes combats. Je les ai perdus à tes côtés. J’ai peur j’ai travaillé trois ans. Sur la même phrase : le bonheur. Est une histoire de contre temps. De cheval qui craint l’eau : la fraîcheur. Je te cherche dans mon corps. Avec toute la violence le territoire. Qu’on peut mettre dans un cri.  Mais sors sors maintenant de mon histoire. J’ai les... [Lire la suite]
Posté par d i v à 17:29 - Commentaires [1] - Permalien [#]

29 avril 2013

                          MON SUPERBE ENNEMI       Allez-vous faire foutre moi j’ai baisé toute la nuit. Les plus belles putes ma maman sur lui. Le ciel rouge comme un diamant qui brille sur toute la ville. L’automate qui fait les 100 pas avant de se détruire. Le lait qu’avait le ciel après la pluie. T’en veux dans l’œil de la paroi amovible pour savoir qui tu es. Je tremble d’inquiétude de me savoir encore en vie. Le silence après la... [Lire la suite]
Posté par d i v à 05:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 avril 2013

                          LA BOUCLE     Allons. Allons plus loin. Ici c’est la merde. Il pleut. J’aimerai faire un château avec ton sable. Deux secondes. Il faut tenir encore. Moi je rentre. Et je suis à toi. A l’autre bout de la ville. On aime regarder fondre. La clarté redescendre. Ça brille dans tes cheveux. Les souvenirs. L’or opalescent que ça laisse. L’eau qui monte jusqu’à la cheville. Ça laisse un trait blanc. Alors quelle chance nous... [Lire la suite]
Posté par d i v à 10:46 - Commentaires [2] - Permalien [#]
19 avril 2013

                                 
Posté par d i v à 21:34 - Commentaires [1] - Permalien [#]
15 avril 2013

                                 
Posté par d i v à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 avril 2013

                            C’est vrai qu’on va mourir. Et je me fais à cette idée. C’est pas grave. On laissera sur l’inox. Nos salives sucrées. Le blanc de nos carêmes. Et puis le ventre quand il a faim. Froid sec pieds nus dans tes chaussons de danse. Pour me marcher dessus. Dans la chambre éteinte. Celle du fond. Quelle chance. Quelqu’un nous veut bien. Un nombre et puis 5. Des grands cercles avec tes bras. Pour appeler les oiseaux qui manquent à... [Lire la suite]
Posté par d i v à 00:13 - Commentaires [1] - Permalien [#]

13 avril 2013

                        Je crois qu’on va finir ici tous les deux. Parmi les ombres et le trop plein d’énergie. Que nous renvoient les gens heureux. Tu n’y crois plus tu n’y crois plus. Alors j’ai peints les yeux fermés. Les formes cerises toutes éclatées. Dans le panier des mots qui débordent. Tu prends ma bouche. Comme un bleu sur la peau. T’avoir mordu la langue. Il faut savoir compter jusqu’ici dix pas 10 pieds. Du fil un ruban rouge. Du ventre de ta mère.... [Lire la suite]
Posté par d i v à 23:13 - Commentaires [1] - Permalien [#]
13 avril 2013

                          AIMER                    Elle au bain. Ouvre le jour. Et c’est pareil. Peau douce. Ombre où le duvet. Masque le passage d’un ongle. En moi souple. Et me retient. Le visage en arrière. Pour aimer. Où étions-nous ? Où étions-nous ? Humide et sec. Dans ce pays. Calcaire et blanc. D’arbres et de paroles. Pour tuer tous les obstacles. Au long varech échoué.... [Lire la suite]
Posté par d i v à 16:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 avril 2013

                      LA CAGE DANS LE SINGE     Corps pris. J’ai du mal à parler. J’ai du mal à parler. On chiale son a d n. On était fort nous. On était fort nous. Dans le mur cachons tous nos indices. La cage dans le singe au-dessus du sol. Suspendu sur une mer d’huile. Je passe mon tour. Je passe mon tour. Du sel entre les phrases. Toutes les beautés du monde. Lait. Les belles couleurs imprimées sur la carte du monde. Pour avancer. Pour avancer. Droit... [Lire la suite]
Posté par d i v à 12:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 avril 2013

                          LA COLLINE       coquille vide j’étais bien tout à l’heure au sec à l’abordage dans ton ventre celui secoué par toute la merde qu’on s’invente on reviendra dans le sommet de l’autre même pas le crâne et si je pleure est-ce que c’est ta peau qui me retourne je te touche quand je voulais pas quand je voulais mourir dans tes bras dans tes cheveux blonds dans la colline tu me soupèses tu me retiens tu me craches à... [Lire la suite]
Posté par d i v à 01:39 - Commentaires [1] - Permalien [#]