18 mai 2013

                         NOUS SOMMES ENTRE DEUX MONDES OU DIEU EST MORT ET OU PERSONNE N'ECOUTE                Corps féminins, pour élargir sans cesse, des visages, des mains, je regarde cette fenêtre, jour et nuit, où personne ne passe, ni pénètre, alors, je retourne de la terre, pour trouver la grandeur du spectacle des, théâtre, la double détente, c’est toute notre histoire, l’or de la rivière... [Lire la suite]
Posté par d i v à 00:13 - Commentaires [1] - Permalien [#]

16 mai 2013

                            Qu’est-ce que tu dis, j’entends rien, édicter jouir, tu sais très bien, où donc, et somme de 3, où étions-nous, ça fait que la mer monte, sans faiblir, tout l’été ta voix, s’envole dans le noir, ce qui précède, est perdu, élancé, des fleurs oranges, que je coupe en deux, pour les mettre dans tes cheveux, puis tout disparaîtra, mais revient la douce gorge, pour respirer encore, cette odeur-là, si lumineuse, capte le sang,... [Lire la suite]
Posté par d i v à 14:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 mai 2013

                      Qu’est-ce qu’on est venu faire, dans le corps de l’autre, t’as vu la belle lumière, au scalpel bleu mais c’est la nôtre, qu’on découpe avec de la peau, j’aime bien te regarder nue, trembler comme un tournesol, avec toi le sommeil, tout à l’heure la soupe dans les cheveux, l’acier dans la bouche quand il faudra mordre, dans la petite barrette en inox, qui tient toute seule dans les dents, ne dit rien de la rivière et de l’écorce, ça passera dans... [Lire la suite]
Posté par d i v à 00:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 mai 2013

CANCER

;; : : : : : : : : : : : : je suis persécuté dans le couvent de toutes les mémoires collectives que je retiens avec tes pieds quand la falaise est proche j’entends quelqu’un qui casse une porte pour rentrer chez lui à l’hôpital il y a un cri beaucoup plus puissant qu’un cri qui passe entre tes jambes c’est l’eau d’une dent qui coupe le fil pour te suivre quand tu as peur il faut nous rattraper dans le vide inter faciale guimauve est-ce que tu me sens quand j’ouvre avec ma clé tout... [Lire la suite]
Posté par d i v à 21:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 mai 2013

                            MAMAN                          Depuis que je suis née. Je n’ai plus de papa. Je le cherche tous les jours. Dans la petite robe noire que je porte. Avec élégance pour aller travailler. Je suis blonde Belle élancée. Je crève de le connaître mon père si tu savais. Les jours sans les jours avec. Ça vous traverse la... [Lire la suite]
Posté par d i v à 12:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 mai 2013

                            PARATONNERRE                        Morte saison pleine comme les autres. Mais rien de durera toujours ici c’est le silence. Tel un choc dans l’épaisseur de l’après-midi. Les herbes hautes sont dans la chambre. Toute inclinée et tendre. A se pâmer se perdre sans qu’on sache vraiment pourquoi. Matière brute dont on fait les... [Lire la suite]
Posté par d i v à 19:52 - Commentaires [1] - Permalien [#]
12 mai 2013

                              Grand soir d’été. Bicyclettes bleues nuits. Nous dévalons l’autre. Esquinté comme toujours. J’écris, n’importe quoi. Entre hier et aujourd’hui. Les avions pas mes doigts non. Tokyo Alger Paris, à la craie. Et moi je reste là. A chercher de la lumière avec le pouce avec les pieds. J’aimerai te serrer dans mes bras. Encore une heure qui passe. Un nuage gris n’aura cessé de me dire à l’oreille. Tous ses secrets. Une... [Lire la suite]
Posté par d i v à 17:36 - Commentaires [1] - Permalien [#]
03 mai 2013

                  J A P A N 2 0 1 3                                    
Posté par d i v à 10:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]