DRAGON

 

 

 

 

[ je ne suis pas belle,

je suis vivante, c'est tout... ]

[ garance ]

 

 

 

 

 

Dragon T’écrire Toute mon histoire Dans un livre Et nous marchons Côte à côte Il fait froid. Il fait froid C’est l’automne Pendant qu’il fait Meilleur là-bas Plus au Sud A Florence. Je suis partie La retrouver Dans des déserts immenses. Les inconscients se rencontrent Disait Freud A ses patientes. Maintenant Elle est dans moi Qu’est-ce qu’il est beau Sa peau brille Comme un éclat Bleu dans l’objectif. Et dans le cœur des phrases Qu’on ne dit pas Qu’on tait. Tu veux quoi. Tu veux quoi Un doigt dans la bouche Dans le cul N’importe où Qu’est-ce que tu choisis Qu’est-ce que tu préfères Avoir mal. Avoir mal. Le corps s’en rappellera un jour Des robes en velours Qu’on voulait mettre Sur les photos nues. Elle m’a dit Je suis prête maintenant A t’offrir mes regards Le sang de mes lacets Pour t’étrangler le cou Fais-moi mal. Fais-moi mal Mon ange Je suis le double de toi-même Ta pourriture A genoux Si tu veux Je peux faire tout Ce que tu veux de moi. Je peux faire tout Ce que tu veux de moi. Dans la chambre du fond Il y a toujours au centre Un trait rouge Que tu dois agrandir Avec ta langue Pour y passer la main Et l’écriture viendra Tu verras C’est facile. D’être un homme Et d’aimer un homme Quand on est une femme. Je dois écrire maintenant Ce que je vois Ce que je ressens. Mon obsession des femmes Pendant qu’un homme me déshabille J’ai été malade toute la nuit Je cherchais quoi Dans ton ventre Je cherchais quoi. Tu cherchais quoi Tout à l’heure Dans mes yeux L’enfance. Le camélia L’insulte Le doute J’étais perdu Je cherchais quoi. Tu disais très souvent Que la mère est responsable De tout. Qu’elle le chemin Tout tracé d’un homme Pour avoir peur des femmes Alors insulte-moi Je dois sentir ta merde Et toute ta pisse Eclaboussée ma peau. Je dois prendre la pose Comme si j’étais ta proie Ton scorpion Ton dragon Ensuite. Il m’a dit Que j’étais sa petite pute Son objet Sa dentition Sa falaise Sa chute Sans doute. Ensuite elle m’a dit Que j’étais son chien Son domestique Son père Qu’elle voulait tuer Avec ses propres mains. J’aimerai mourir D’amour dans toi Comme une idiote Un fou tu sais Mais t’en sais rien. J’aimerai mourir D’amour dans toi Comme une idiote Un fou tu sais Mais t’en sais rien. C’est à croire que le soleil Nous brûle J’aime bien Me perdre dans toi Quand tu as mal. Mais un homme sans sexe Fait-il bien la femme Je vais te castrer Comme un petit cheval de merde Toujours perdant Second Répond-moi. C’est comme si J’étais morte Pour de bon Est-ce que tu peux comprendre ça. Je reviens Je pars Je pars Je reviens. La marque au cou Est toujours là Est-ce que tu peux comprendre ça Je pars Je reviens Je pars. Elle est comme un signe Une frontière Un mur Une femme à oublier Dans le corps d’un homme Peut-être Peut-être pas. Quand je parle au masculin Dans la robe de mon père Qui me va comme un gant. J’aimerai me tuer Pour oublier tes lèvres Et ton sexe Collé au mien Avec toi. L’amour Dégueulasse des insectes Sur des morceaux de viande Des carcasses En train de pourrir En plein soleil Avec toi. En plein soleil Avec toi. Qu’est-ce qu’on est venu chercher ici Dans le cœur de l’autre Répond-moi. Qu’est-ce qu’on est venu chercher ici Dans le cœur de l’autre Répond-moi.