[ au fond j’ai toujours su

que j’atteindrais l’amour

un peu avant ma mort ] [ m h ]

 

 

 

 

 

 

EST FINI

 

 

 

 

IL DOIT Y AVOIR DES PUTES Ou un démon DANS MA TETE Je ne voulais pas tuer quelque chose Tout à l’heure dans tes bras Chasser les secondes Et les roses Broyer du noir Ce n’est pas la toute-puissance De dieu qui nous menace Même sa douceur Nous laissera de la place La peau le corps Est-ce une image Est-ce une étape Quand on a le dos tourné Pendant l’orage Qu’est-ce que tu vois Un immense carnage Orchestré par nos pas sur la glace même pas froid même pas mort on y va je sais pas qui est le plus fort en tout cas ce n’est pas moi il te racontait des histoires ton père avant de t'endormir raconte-moi les hélices les départs je sais il faut partir Nous descendons toujours vers le blanc Vers le noir Une sortie des couloirs Pour nous laisser glisser Et disparaître Le temps c’est fait pour ça Et puis ce visage enfin détendu Que tu vois Est-ce une image Trop forte suspendue Je sais pas J’apprends qu’il y a des portes D’autres corps D’autres pages Merci pour tout Mais je n’aime pas la vie Je veux être incinéré et gardé dans une petite boîte mais pas jetée à la mer non pas comme ça le sel j’en ai gardé de la lumière quand je fermais les yeux c’est écrit depuis le plus jeune âge dans les mains dans un regard L’homme est un labyrinthe Où des millions d’hommes se battent Mais pour qui Mais pour quoi Alors je laisse une trace C'est ce que je fais qui m'apprend ce que je cherche un déplacement dans l’espace L’ivresse des premiers pas Il faut aimer et croire C’est pas l’envie qui manque C’est l’espoir Vivre au bord de cette falaise Comme si c’était la première fois Mais la douleur est parfois magnifique Qui choisit le pied Qui choisit la tête Et le cœur dans tout ça Souvenir pêche écrasée framboise à son réveil elle était seule et le resta durant toute la semaine qu'elle passa au CHU de la ville avec un autre corps un autre visage et nous aurons moins mal tout à l’heure quand tout sera fini coule sur moi le soleil et les roses et les matins doux sur les plus jolies choses que nous avons gardé au fond de nous comme un trésor comme un abîme derrière la porte au fond j’ai toujours su que j’atteindrais l’amour un peu avant ma mort il faut toujours viser la tête les roses et le soleil avant de s’endormir dans les bras de ceux qu’on aime je vais te dire un truc au creux de ton oreille il faut aimer la course folle au bord de la falaise il faut aimer