NOUS DEVONS DECOUVRIR LES POUVOIRS DE L'AMOUR - tryptique

 

 

 

 

 

Ouvre ton coeur
  Et laisse entrer le soleil
Maman m'a dit une chose
  Qu'une petite fille devrait savoir
Tout est à cause du diable ]

 

 

 

 

 

 

https://soundcloud.com/user-157051101/le-serpent

 

 

01 / LE SERPENT / Qu'est-ce qu'on n'aurait pas fait pour un peu d'amour si près du monde au large et dos au mur tu tires la langue t'avales un souffle ou est-ce une douleur après l'effort une micro fissure que tu sondes avec ton corps je sais pas j'en sais rien j'ai jamais su où allait les murs derrière toutes ces portes je regarde la route au-dessus de tes épaules j'aime bien tes pieds pour me marcher dessus j'aime bien ta large queue pour inverser les rôles pour voir un peu la mort de l'autre qu'est-ce qu'on n'aurait pas fait pour un peu d'amour je laisse fondre le soleil sur des fleurs abîmées que tes robes embrasseront peut-être tu sais la robe bleue que la nuit assassine au matin quand les corps sont fatigués toujours applaudir l'ombre supérieur à la lumière quand tu marches en face de moi y a des pierres foncées devant le palais détruit à force de rompre et de pencher la tête tu dessines une forêt pour te perdre avec moi enlacés la nuque est un endroit merveilleux pour rompre les baisers oh regarde le beau terrain vague au bord de mes lèvres pour te mordre la peau jusqu'au sang dans des rêves impossibles à faire la petite boite dans son écrin de porcelaine pour croire que la falaise est la marque de tes dents posées n'importe où l'insecte boit jour et nuit notre peine petit animal sur le dos prêt à attendre la foudre on refera le monde c'est ça on refera le monde quelques secondes et puis s'en va le mouchoir blanc posé derrière ton dos ressemble à un papillon noir quand il est loin qu'est-ce qu'on n'aurait pas fait pour un peu d'amour j'ai plus envie d'écrire même la colère dans nos ventres est difficile à suivre j'ai plus envie d'écrire contre ton corps ma bouche est morte je viens de faire l'Amour avec un homme le serpent.

 

 

 

 

https://soundcloud.com/user-157051101/misspearl

 

 

02 / MISSPEARL / Je porte une belle robe Je suis une femme Je porte des talons hauts Un corps parfait Je suis pas mal J’ai les seins ronds Deux pommes Ultra-sensible Quand on les frôle Si tu savais L’effet que ça me fait Quand ça résonne Je suis belle intelligente sportive Nucléaire élancée narrative Un peu maquillée du phare sur les joues c’est tout Pour vous plaire Un peu salope quand je marche J’aime qu’on me regarde danser rire travailler Faire du sport traverser la rue Ecrire un peu M’oublier Voir dans leurs yeux Que ça les excite Un peu Je ne vous regarde pas Je regarde le ciel Passer les avions Les parcs Les beaux garçons Je suis seule Et j’en crève De tout ça Si tu savais Je dors sur le côté J’écoute de la musique Je porte une belle robe Un beau pantalon Parfois je provoque Quand vous me plaisez Je suis chez moi Je me masturbe me doigte me caresse J’ai des objets Je finirai ce soir Je porte du vinyle du cuir du mascara des faux cils Je vais parfois le soir en boite pour baiser verticalement Comme ils disent Dans mon lit je dors et fais le grand écart Devant des émissions sportives Je suis une femme Une tranche de vie Du pain Du Lexomil du chocolat Du rouge à lèvre bleu Gris turquoise Des talons hauts Chemise transparente Celle qui dessine Le mieux mon corps Car j’en ai un Comme les tops modèles dans les magazines Mais je suis seule et je traine De ville en ville J’ai du chagrin Je vais pas bien Je nage dans une eau froide Alors qu’il fait soleil Je prends du Lexomil Je marche dans la rue J’ai des chaussures qui brillent J’aimerai partir Loin d'ici Je pense à des trucs Je marche dans la rue Y a cette fille qui me regarde elle matte mon cul Je suis chez elle elle m’embrasse défait ma robe je suis nue je fais pareil et on a joui elle me regarde elle me sourit... c’était pas mal et je suis bien.

 

 

 

 

https://soundcloud.com/user-157051101/holdine-kathrin-g

 

 

03 / HOLDINE-KATHRIN G / Joseph rempli le cendrier Avec ses vieux os Pour écrire sa vie Sur du papier journal Jaune comme les rideaux De l’appartement Joseph comprend Qu’une fleur blanche Laisse de la cendre Partout où il passe Dans le cœur des femmes Silence en chemin Pour exorciser la plaie Qui ne se referme pas Tout de suite Comme une bouche On cicatrice comme on peut Quand on n’a plus le choix Médicaments blouse blanche Hôpital psychiatrique Un souvenir d’enfance Avec un livre sous le bras Personne n’en veut Elle était pourtant belle la voisine Avec ses cheveux longs bouclés Dans le dos quand elle lisait Arthur Rimbaud sur les marches de l’église En écoutant la voix d’Antony Joseph ressent Les premiers symptômes Sur la puissance de dieu N’appartenir à rien Dans ce monde Ou l’amour est une matière molle Moteur handicapant Jouir quelques secondes En pensant à elle En train de se verser du sang Un sacrifice humain Une tâche d’encre Pour lui écrire des mots d’amour A la polonaise Qui danse devant lui Comme une amazone Joseph se masturbe dans un chiotte En regardant le corps sublime D’un top model dans les pages D’un magazine art corps Joseph en a pleins les mains Plein le cul de tout ça Elle est tellement belle Avec sa bouche Il aimerait lui écrire un poème En forme d’aveu De récompense Lui dire je t’aime Qu’est-ce qu’on ne ferait pas Pour de la peau Toucher un soleil Dériver 100 jours Pour toucher dieu Dans l’écriture Comme un vent du sable Une parole de la pourriture Joseph c’est fini Quand tu regardes le ciel L’or des maisons Le sexe des totems L’ivoire des couleurs Imprimées sur le corps Des jolies femmes Qui baissent les yeux sur toi Joseph Quand tu les regardes Il y a quelque chose de mort Qui circule en toi C’est la vie Le sexe coupé des anges Qu’est-ce qui t’as pris De tuer comme ça Le petit animal sec Contre ta poitrine Joseph C’est l’heure avant l’été Les mouches Et l’heure d’écrire Joseph tu connaîtras Le parfum des femmes Après ta mort Qu’est-ce qui t’as pris De tuer comme ça Le petit animal sec Contre ta poitrine Joseph