Je dois filer

Je sais pas où

Je dois filer

Du lierre dans la maison

Entre des colonnes

Drapées de soleil

Je veux cette image dans les yeux

Dans le corps

J’emporterai tout

Les fulgurances

La forme du sphinx

Son œil

Et toutes tes robes

De la plus claire

A la plus mauve

Ton chant et tes silences

Quand nous étions heureux

Mais le chant du monde

Vaut bien mieux

Qu’un corps meurtri

Non

Un jour tu m’as dit

Que le sphinx

Ne tombera jamais

Devant nous

C’est comme un symbole 

C’est comme une phrase

Electrique dans tes cheveux

Sur le chemin des ombres

Jadis recouvert de feuilles

En deux petits morceaux

La raison cherche

Et le cœur trouve

Un jour tu m’as dit

La pulsion est comme la peau

C’est une substance nerveuse

Pour nous suivre

Et pour nous séparer

Un soleil de plomb

Maintenant chavire 

De l’autre côté 

Sur le chemin des ombres

Comme nos cheveux

Mais rien n’est blanc

Mais rien n’est sombre

Est-ce que vous ressentez

Le vide sous mes pieds

Est-ce que vous ressentez

La chaleur derrière mon dos

Ça rentre dans la chair

C’est plein de nœuds

Et de nerfs

Quand ça parle de l’homme

Et de son cri 

Ce n’est rien d’autre

Que le chant de l’amour

Une odeur de jasmin

Tes yeux dans ma bouche

Mais qui sommes-nous

Vraiment 

Magie noire

Vaudou

L’espace du dedans

Un regard silencieux

Et puissant

Pour se perdre

Dans les étoiles

Dans un corps

Dans l’œil du sphinx

En pleine lumière

Qui nous regarde encore

Mourir un peu

Avant de revenir

De renaître

D'être plus fort  

A l’amour

A l'amour

Un cœur intact

Un sang pur comme une étoile

Une étoile plus chaude que le soleil

Un soleil plus tranchant que la peau

Un sphinx