14 décembre 2012

              RETOUR AU MONDE ; ; fatigué d’être ou d’avoir été ce que nous sommes éphémère dans la buée d’une larme le temps d’un instant le temps de la séparation fatigué d’être le pont écarté entre tes bras la nuit où tout semble avoir été jeté avant nous le silence c’est joué de nous un doigt dans la bouche pour me dire d’avancer à reculons je m’écarte un peu de la lumière pour appartenir à dieu après je serais toi un autre m’appartenir ouvrir les bras c’est mieux pour être avoir été un... [Lire la suite]
Posté par d i v à 21:09 - Commentaires [1] - Permalien [#]

13 décembre 2012

                                3 + six = 9       Sors de ton rêve. Il est déjà trop tard. Y a plus personnes. Regarde. T’es seul sur la route. Regarde. Les lignes blanches. Défilées dans ton cœur. Y a plus personne. Plus rien ne se passe. Comme avant. Ce que tu veux. Les autres. C’est souffrir de l’absence. Comme nous l’avons souhaité. On en diffuse. Nous sommes nous sommes. J’explore je sonde. Dans la mesure du... [Lire la suite]
Posté par d i v à 02:56 - Commentaires [3] - Permalien [#]
11 décembre 2012

                          aliocha     C’est quelque chose qui s’imbrique qui sèche entre trois cheveux c’est le monde c’est le morceau comme ça que tu ouvres avec ta cuisse c’est serré non courbe ni métallique ta bouche petit animal fauve comme la nuit qui s’installe en nous cavale cavale cavale écarte les bras comme le christ fait rentrer les plus belles couleurs dans tes cheveux pour que je m’éloigne derrière le trait horizontal ton iris tes... [Lire la suite]
Posté par d i v à 02:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 décembre 2012

                            killing zoé 2     des temples et des soleils cassés, à profusion dans les lignes, un animal nous ronge, et prend de la vitesse, la ville compte ses fantômes, l’espace d’un instant son histoire narrative, incomplète ça nous déchire, avec la peur au ventre, on est resté là autour de nous c'est le silence, j’aimerais rentrer dans ta tête, comme un médicament, la science infuse le monde va mal, c’est grâce à... [Lire la suite]
Posté par d i v à 00:13 - Commentaires [1] - Permalien [#]
09 décembre 2012

                                            LES ANGLES MORT       en revenant par les champs ma vie non pas ma vie une fenêtre dans une fissure avec l'abîme toujours ouverte   je suis dans le reflet tenu quand la mer blanche disparaît pour garder la chaleur du sang vivant aucune lumière ne pourra rien pour nous nous sommes les angles mort ses nausées ses impressions ses... [Lire la suite]
Posté par d i v à 00:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 décembre 2012

                                         
Posté par d i v à 22:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 décembre 2012

                        SEPTIEME SENS     on va bientôt mourir tu sais compter avec tes doigt jusqu’à sept et puis tes larmes tomberont dans un fleuve au milieu de nous on se relèvera peut-être au grand air au grand air je monte les escaliers à reculons pour te voir nue dans la chambre du fond ouverte pleine de fleurs mortes galope à cheval sur le mont dune pour me perdre avec toi en eau bleue sable alligator j’aimerai danser danser... [Lire la suite]
Posté par d i v à 00:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 décembre 2012

                         L'Attente   allez viens, courir avec moi, entre les tombes, je t’invite, au milieu de nous, c’est l’hécatombe, et le ciel bleu dérive, comme hier, il nous transperce la peau, à travers champ, épuisé, parmi toutes ces pierres, tu choisiras la mienne, avec tes ongles noirs, j’attends, je vais rester là, je marche, je cours, je trébuche, un nom vite un nom, j’en ai 2, et pas un ne manque, c’est long, l’allée centrale est là, je... [Lire la suite]
Posté par d i v à 16:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 novembre 2012

                            film  : zeio texte & musique : d i v                  
Posté par d i v à 10:10 - Commentaires [1] - Permalien [#]
05 novembre 2012

                            5 j'ai quitté la ville         tu sais avec toi tout à l’heure j’aurai pu me faire du bien je parle pas couramment de ces choses là avec les balançoires ni les oiseaux ni les remparts au loin ta voix comme un rossignol l’eau dans un endroit très propre  et sec j’ai vrillé j’ai quitté la ville à cloche pied derrière cette voiture noire qui t’emportait entre les flots comme des pions noirs... [Lire la suite]
Posté par d i v à 01:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]