17 septembre 2012

                  C’est Ma Parole Contre La Tienne           L’hydre ouverte quand je passais ta main pour me perdre revenez revenez m’a-t-on dit quand quelqu’un vous traverse ça se voit dans les rubans au loin dans les bras comme des fantômes qui se détachent avec le vent vous êtes maintenant nue verte autour de moi des couleurs des couleurs s’en allaient qu’est-ce que j’ai fait quand la route était coupée en deux dans les draps ton parfum rouge tes... [Lire la suite]
Posté par d i v à 17:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 septembre 2012

                  Cabourg  d i v          Bienvenue à la mer / 1'36   Pavillon de flore  / 3'18   Fuchsias / 2'15   Avenue des sycomores / 3'12   L’araignée du soir / 2'19   Jaune brun / 1'17   Albert / 3'32   L’obsession des labyrinthes / 4'16   459 / 2'09   Cabourg / 1'36                        ... [Lire la suite]
Posté par d i v à 23:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 juin 2012

                              père, père qui êtes aux cieux, revenez-moi, revenez-moi, maintenant que nous sommes deux, à la table, à la table où des roses sont posés sur du parquet bleu, je t’écris les yeux fermés, ça vient tout seul, ça vient tout seul, on est heureux, on ne pense plus à rien, ça allait, ça allait, tout va bien se passer, les aléas, la belle image, les belles pensées, les souvenirs, les souvenirs, la porte est grande ouverte,... [Lire la suite]
Posté par d i v à 23:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 juin 2012

                ton ventre le jardin la chambre dans le plus petit espace le corps à modeler le corps à modeler le temps qui passe je relève le drap c’est pratique la main ça comble tous mes manques je reconstruis la pièce où j’étais où j’étais morte je sors de toi le texte je sors de toi la nuit j’aimerais toujours me perdre l’acteur est sur un cheval blanc la robe est en feu et les poissons vidés de leur substance il restera nos morts billes en tête entre les mots il restera nos... [Lire la suite]
Posté par d i v à 00:13 - Commentaires [1] - Permalien [#]
13 juin 2012

                   LE DEUIL IMPOSSIBLE A FAIRE       Photographie à l’envers. Dans un coin de ma tête. Pour me débarrasser de mon passé. J’ai tracé un schéma. J’accepte la défaite. Qu’est-ce que je fais. Qu’est-ce que je vais faire. De tout ça après. Je m’incarne. Je cherche des mots. Basés aux antipodes de ma mémoire. C’est ma manière d’utiliser ta voix. De l’entendre en un déclic sonore. Relever la tête. Et l’homme que j’étais. Mais moi j’étais nulle... [Lire la suite]
Posté par d i v à 00:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 juin 2012

                            LE TOUR DU MONDE     Une heure une heure à peine comme le temps passe une heure que je regarde ton visage sous la pluie se couper en deux ah comme nous étions heureux l’enfance l’enfance a écrit nous délivre son nom et maintenant tu te débats tu veux te battre contre les heures le temps qui nous esquinte nous casse en deux tu parts très loin très loin d’ici falaise ruban pour écrire des mots d’amour des... [Lire la suite]
Posté par d i v à 11:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 mai 2012

                                Szigetvár           Des coupes franches. Dans la terre déchiquetée. Nous tiens en haleine. Du matin au soir. C’est au centre de nous-même. Que tout ce passe. Plus un bruit. Plus qu’une heure à attendre. Pour savoir si je suis encore en vie. Je respire pas. Je respire. Je pense à toi. De l’autre côté du Rhin. Je sais qu’il y a ta peau. Du matin au soir. Je dois me battre. Avec... [Lire la suite]
Posté par d i v à 02:57 - Commentaires [4] - Permalien [#]
20 mai 2012

                                     
Posté par d i v à 17:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 mai 2012

            IL EST DIX-SEPT HEURES TRENTE              Comme une agate. Toute retournée et verte. Dans tes cheveux. Que la mer souligne à peine. Oh pas longtemps non. C'est juste une impression. Et puis ta bouche. Du rouge à lèvre une guêpe. Je vois aussi la marque d’un crayon rouge.  Affuté sa forme je crois est un losange. Pleine de lumières jusqu’ici. Nous sommes dehors. Qu’est-ce qu’on n’a pas vu hier. Qu’est-ce qu’on a loupé tous les deux.... [Lire la suite]
Posté par d i v à 12:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 mai 2012

                             L'HOMME DE TROP         Du monde dans mes main du bruit dans l’escalier j’entends plus rien tu me dis d’arrêter de te suivre je comprends tout maintenant un bateau ivre un trésor pour se perdre un cri plus puissant que les oiseaux pour traverser la nuit la mer je suis à bout un cran d’arrêt juste en-dessus plus rien ne se sera comme avant maintenant je peux sortir dehors et regarder ton... [Lire la suite]
Posté par d i v à 13:13 - Commentaires [1] - Permalien [#]