13 novembre 2016

                                            UNE ENFANT DU BATACLAN     Dernière heure à regarder le sommet du crâne ultime minute à regarder le soleil finir sa course sur ton visage qui me hante jour et nuit c’est la chaise vide qui est la plus terrible c’est aussi l’abandon des formes toutes ces voix perdues l’esprit nous en parlerons plus tard l’esprit qui derrière... [Lire la suite]
Posté par d i v à 19:11 - Commentaires [2] - Permalien [#]

13 novembre 2016

                  Les corps sont indispensables pour l’évolution de la médecine et de la recherche scientifique.         Ne t’ai-je jamais dit que j’avais l’écriture prophétique Pour moi les murs sont et resterons comme des vecteurs Des oreilles coupées des champs d’ours des chants possible   Des voluptés pour chacun d’entre nous il y en a 1 000  Compte après moi pour que ça rentre dans ma tête Et tu trouveras dans la nature un ventre... [Lire la suite]
Posté par d i v à 13:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 novembre 2016

                            tu cours après moi ami tu cours après moi des trains blancs quand il fait nuit sous l’averse  tu cours après moi les couleurs de l’arc en ciel quand il fait jour dans ton cœur à minuit est-ce qu’au moins tu sais ce qui bat dans ton poitrine quand tu reviens me dire tout bas le matin je t’aime je t’aime je vais partir on revient drap te dire qu’il est loin le souvenir d’être à toi pourquoi ... [Lire la suite]
Posté par d i v à 18:17 - Commentaires [1] - Permalien [#]
08 novembre 2016

           / la mort le rêveur et moi /     / PROJET : SUICIDE / On m’envoie des miroirs cassés Je ressentais la douleur de l’autre La sensibilité c’est bien et c’est pas bien La sensibilité c’est comme une malédiction On a des boutons on a de l’eczéma Elle m’a donné un produit pour stopper ça Ça faisait peur Car on sait que tout se passe sous la peau C’est horrible parce qu’on a envie de gratter La peau c’est une ceinture une barrière un phare  J’avais bien capté ça La... [Lire la suite]
Posté par d i v à 02:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 juillet 2016

                              Diana     j’aime bien la fleur quand elle est mauve et blanche dans vos bras si longs quand vous passez quand la nuit tombe mais je suis trop fatigué pour vous écrire tout ça maintenant il est trop tard alors il faut que je me sauve très loin d’ici pour exister un peu quand le cœur bât profond t’attendre sur un banc j’ai 3 minutes encore à vivre dans le froid pour mordre et pour guérir dans le fruit... [Lire la suite]
Posté par d i v à 04:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 juillet 2016

                        Antonio                    
Posté par d i v à 12:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 juillet 2016

                                UNE SEMAINE D'AGONIE DANS LA CHAMBRE DU CHEF DE GARE         J’appelle un chat, un chat Capitaux Testé et formulé sous contrôle médicale Restes Hisse Mur Si tous les mecs crevaient Je me sentirais moins seul L’enterrement des mots Le mot assassiné Party Diarrhée Dieu Un jour je serai tout seul L’enfance un mouvement Dans un violon Un vieux poème Suite Genre casse toi Humain nature... [Lire la suite]
Posté par d i v à 13:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 avril 2016

                                J’ai tout perdu. Tu sais. Je suis impatiente. Tout ça. C’est à cause de la peau. DE L’OREILLE. Du noire. De la ceinture. Dans un CIRQUE. UN JOUR J'AI VU UNE Fille mal suspendue. COMME De la viande abattue entre deux fils de Fer. BLANC. EN BALSA... ROUGE et blanc. TU DESCENDS. Tu disais monte sur mes épaules. TU DISAIS. Je l’attrape pour Toi. Sur la dernière branche. Le fruit. MOI J’aimai moi j’aimerai me... [Lire la suite]
Posté par d i v à 12:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 mars 2016

                                Je suis Marie, je suis morte       dis, tu m’écriras des mots d’amour sur tout le corps avec les lignes de ta main, c’était la dernière phrase du livre, tes coudes, tes jambes, ton sexe minaudé, que je bois, quand ta peau me manque, de la tête aux pieds, dans l’herbe, à la fois physique, je descends pieds nus, pour toucher le fond, je suis, je cherche encore ta bouche dans mes cheveux ... [Lire la suite]
Posté par d i v à 13:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 mars 2016

                                  orque 2 (quand j'étais petite)       Un doigt dans l’œil pour un demi-cercle et un lac s’ouvrira peut-être devant nous. Les acteurs font semblants de s’embrasser.      Je connais le chemin de la mer qui mène au grand large. Je suis pas beau quand je me donne du plaisir tout seul. J’aime tomber en haut des escaliers pour rire comme un... [Lire la suite]
Posté par d i v à 01:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]