11 janvier 2012

L’université du cheval.

               [ tout s'é(par)pille quand on veut vraimentquestion de cirechaudeoufroidec'estselon ]  [ detes ]             A cette femme qui prie devant moi devant les choses en or et de passage parce qu’on n’est trop nombreux à s’attendre pour s’entendre dire à l'oreille aux mêmes endroits des mots d’amour le meurtre la chicorée mais je n’ose pas je suis timide c’est probablement à cause de mes parents des femmes et d’un certain regard... [Lire la suite]
Posté par d i v à 19:13 - Commentaires [1] - Permalien [#]

09 janvier 2012

                                            LA DISTANCE         Non l’écriture n’a rien changé. Quand je vous vois venir ici. Vous êtes perdus je le vois bien. A vos mimiques dans vos sourires. Vous êtes comme moi vous êtes comme eux. À bout de souffle à bout de tout dans presque rien. Je vois votre souffrance. Et de l’écrire ça... [Lire la suite]
Posté par d i v à 22:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 janvier 2012

d'At home.

            Des fois y a pas de mots.          
Posté par d i v à 13:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 janvier 2012

- studio suicide 2 012

            ni lune ni l’autre eau moi j’adore ça faire des pliures dans le ciel avec tes doigts je touche ton visage encore une fois  des soleils tombés passent donnent ils en arrivent jusque dents ma bouche pour nourrir des fleurs je les compte et gelaient sur ta tombe mes larmes quand  je rigole sur la peau              
Posté par d i v à 18:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 janvier 2012

            Au royaume des aveugles,              les borgnes sont rois.                    
Posté par d i v à 13:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 janvier 2012

                                              On a baisé toute la nuit.                                                                     Deux secondes une minute que je faisais ça sans m’en... [Lire la suite]
Posté par d i v à 04:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 décembre 2011

           Elle m'a enculé.       J’ai remarqué aujourd’hui dans un magasin de chaussures pour femme qu’un bel homme me regardait de la tête au pied dans le noir le vertige la lueur d’espoir il était seul séduisant frais naturel et sauvage il s’est approché de moi dans ses yeux brillaient comme une lumière mélancolique fauve terne et furieuse c’était assez triste finalement tout ça les horizons qu’on jette un peu plus loin les couleurs grattent ciel le bleu qu’on se met à genoux pour... [Lire la suite]
Posté par d i v à 00:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]
23 décembre 2011

                la vie a un début et une fin les poissons rouges sont plus beaux que les poissons noirs dans une eau pourpre quand je regarde aujourd'hui le ciel à travers les arbres penchés dans le sens inverse des aiguilles d'une montre j'aurais pu regarder ta peau battre comme une bulle de savon en train des chlores aux bras des dieux pour qui s’en rappelle la tête en bas le corps dans les nuages et un petit chemin qui sent bon la noisette le foutre concassé qu’on retrouve au... [Lire la suite]
Posté par d i v à 13:07 - Commentaires [1] - Permalien [#]
19 décembre 2011

                aντιγόνη                            
Posté par d i v à 14:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 décembre 2011

              La Trilogie « Des femmes »                                   J’essaie de comprendre pourquoi j’écris et pourquoi je n’écris pas dans ta bouche ouverte aux insectes quand je la mange et la compare au ciel, tu sais que. Non peut-être pas. J’ai tracé dans les draps avec ton sang cette dernière nuit d’amour que nous avons passé ensemble pour me la graver tout un siècle avant toi... [Lire la suite]
Posté par d i v à 18:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]