18 mars 2012

                        FOUILLE         ce qu’il te manque ce qu’il te manque le plus au monde c’est l’amour l’amour dans un écrin la pierre précieuse avec la vue dehors l’iode et la lumière pour respirer le corps de l’insecte écrasé en train de se débattre encore dans l’eau avec ta bouche en train de le noyer c’est mort et ça remonte tout ça c’est dans le cœur c’est dans le cœur de l’enfant nu à son réveil on a construit des ponts qu’il... [Lire la suite]
Posté par d i v à 13:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 mars 2012

      accident de car         bien alignés le temps qui gagne des secondes précieuses indéfinissables il y a nos esquives frontales nos belles paroles que nous suivons peut-être avec des cris d’oiseau tu les entends on salive déjà l’odeur des coquelicot dans un chant bleu à cloche pied mon tricycle est dans sa boucle infernale au milieu des voix qui disent de bien faire attention au mur que tu ne vois pas le monde il faut se laisser faire chemise blanche j’ai traversé la mer dans ton ventre... [Lire la suite]
Posté par d i v à 20:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 mars 2012

               http://www.leforumbleu.net/message.php?id=150222&page=6&fredblog=0           tu les entends venir vers toi le chant des oiseaux morts il est 4 heures 35 du matin et c’est là que tout commence j’avais un ventre un front de mer ah ce que tu me manques j’avais ta tête dans mes mains si souvent tu sais le parfum de ta bouche contre ma nuque et c’est arrivé ah c’est arrivé des petits corps des petits corps bien alignés ce matin le temps qui... [Lire la suite]
Posté par d i v à 13:13 - Commentaires [1] - Permalien [#]
12 mars 2012

                                continue oui, continue comme ça, ne t’arrête pas non, les roses, le prisme, la belle affaire, moi ça m’excite, le lilas coincé dans les portes, j’ai rien compris, écrire peindre à genoux, comme si c’était facile, tous les jours recommencer, l’arbre à peine, le souvenir intact des lignes, qu’il faut placer dans les virages pour avancer, la chute, on se tait, alors alors alors je t’écoute, je t’ai dans le... [Lire la suite]
Posté par d i v à 13:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 mars 2012

            les marquises            
Posté par d i v à 13:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 février 2012

             dans la danse du papillon crevé       Des fois y a pas de mots j’aimerais couper le fil de l’eau au rasoir avec mes propres mains sur le chant.   Mais la question est de savoir où et quand. Je vais me tuer et me soumettre à toi.   Fera t-il beau y aura-t-il un chien mouillé dehors sous la pluie.   Mais il faut prendre la forme de l’endroit qui passe le mieux ici pour que personne d’autre que moi ne s’imbrique et se superpose.   Je veux... [Lire la suite]
Posté par d i v à 13:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 janvier 2012

              The Dayli Mail           Nous sommes contrés tous les jours ici, par des personnes et par des gens authentiques, qui n’ont pas l’écriture au fond d’eux, dans leur ventre et dans leur souffle. La tête est une escale, alors laissons-là nous guider par elle, vers d’autre lieu misérable, riche et beau. On le sent très bien que le mur est plein de bonnes intentions, de lumières et de fissures où des petits doigts s’agrippent pour respirer. Il faut... [Lire la suite]
Posté par d i v à 20:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 janvier 2012

                                        THéRAPIE DE GROUPE             [ L’eau c’est le sol. L’eau c’est là où tout fini. ]   [ Le soleil à midi s’arrête 3 minutes. ] [ m r ]   [ L’expression thérapie de groupe désigne une psychothérapie durant laquelle un ou plusieurs thérapeutes traitent plusieurs patients en même temps. ]  [ w ]       ... [Lire la suite]
Posté par d i v à 23:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 janvier 2012

L’université du cheval.

               [ tout s'é(par)pille quand on veut vraimentquestion de cirechaudeoufroidec'estselon ]  [ detes ]             A cette femme qui prie devant moi devant les choses en or et de passage parce qu’on n’est trop nombreux à s’attendre pour s’entendre dire à l'oreille aux mêmes endroits des mots d’amour le meurtre la chicorée mais je n’ose pas je suis timide c’est probablement à cause de mes parents des femmes et d’un certain regard... [Lire la suite]
Posté par d i v à 19:13 - Commentaires [1] - Permalien [#]
09 janvier 2012

                                            LA DISTANCE         Non l’écriture n’a rien changé. Quand je vous vois venir ici. Vous êtes perdus je le vois bien. A vos mimiques dans vos sourires. Vous êtes comme moi vous êtes comme eux. À bout de souffle à bout de tout dans presque rien. Je vois votre souffrance. Et de l’écrire ça... [Lire la suite]
Posté par d i v à 22:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]