17 juin 2011

            [ J'écris pour quoi pour tordre le cou Pour enfoncer le clou pour tasser le dilemme Pour détourner l'avion porteur Décontaminer les lieux porter le coup J'écris pour quoi pour remonter la rivière Pour la défaite des fous pour le masque des morts Pour creuser mon trou chasser les leurres Pour décapiter la jungle pour passer mon tour J'écris pour quoi pour embrasser le commerce Passer la montagne Pour ne pas mourir seul avec cet inconnu Arpenter la tessiture J'écris pour quoi j'écris pour... [Lire la suite]
Posté par d i v à 18:36 - Commentaires [1] - Permalien [#]

16 juin 2011

                      [ Ce n'est pas la toute-puissance de Dieu qui nous menace... mais sa douceur. ] [ A F ]           IL  Y  A  UN  AU TRE  MOND E           Qu’est-ce que tu dis on a loupé quelque chose la marche j’entends pas l’eau j’entends pas l’eau venir vers toi répète encore un peu répète encore un peu après-moi pour voir répète un peu plus fort ... [Lire la suite]
Posté par d i v à 13:13 - Commentaires [3] - Permalien [#]
14 juin 2011

              IS THIS LOVE             un passage dans ses cheveux je me mangerais plus tard   et dieu n'y est pour rien pour rien dans cette histoire   où je la suivais tous les matins du monde   on a pris de l'eau pendant tout le voyage   sur un bateau bleu et blanc perdu dans le jardin d'en face regarde mes mains comme elles s'enfoncent dans toi dans toi mon cœur qui se prolonge on a traversé... [Lire la suite]
Posté par d i v à 13:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 juin 2011

                        [ Je sais me mettre en scène, Je sais me défiler,L’ai-je bien descendu ? Les ai-je bien descendues les marches du palais d’empereur communiquant, Des charmants chimpanzés, Aux mimiques de bronze et aux sourires d’ivoire, ] [ Bertrand Lucien Bruno Cantat ]         
Posté par d i v à 12:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 juin 2011

        N'oubliez pas que vos bagages doivent comporter, de manière visible, une étiquette avec vos nom et prénom.                   d i v              
Posté par d i v à 22:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 juin 2011

LA PEAU

                      [ laisse ton corps abandonner son poids et laisse tes organes faire ce qu’ils ont à faire... Ton image n’est pas ta peau, c’est une partie, un artifice de présence pour évoquer l’absence. Ta peau, c’est elle qui sait t’entendre, écoute ce qu’elle te dit dans l’inaudible doublure de tes tumeurs, tes suintements et tes déchirures. Elle te raconte les histoires qui t’ont touchée, cognée, tes mémoires qui l’ont traversée, ses aventures, dans chaque... [Lire la suite]
Posté par d i v à 13:13 - Commentaires [2] - Permalien [#]

01 juin 2011

renoncer à

                                Tout est foutu ne te retourne pas quelqu’un nous suit tout est foutu on l’a largement écrit sur tous les supports magnétiques sur tous les supports sur lesquels on pouvait s’accrocher jours et nuits jours et nuits tout est foutu dans la couleur et dans les mots que nous avons jeté par-dessus bord les soirs où on n’en pouvais plus des incendies nocturnes et des soleils qui ne rentraient pas forcément dans la... [Lire la suite]
Posté par d i v à 17:45 - Commentaires [1] - Permalien [#]
27 mai 2011

                    Je m'en vais je pars c'est la trachée qui brûle Le nerf qui a percé la langue de notre histoire Voilà c'est fait c'est le fil qui tenait tout quand La parole était toute bleue tu parles il y a des   Voix qui se confondent de la lumière pour nous Cacher le corps la tête c'est une façon de faire Le mur quand on se cogne la nuque la première Dedans un hématome tout bleu un hématome qui   Naît c’est pas possible toutes ces routes... [Lire la suite]
Posté par d i v à 17:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 mai 2011

          [ Et mon désir glissait sur la route du temps aride au bord du mystère des gouffres ]              
Posté par d i v à 18:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 mai 2011

  : :             ONDES NOCTURNES       Ce voile étrange écarlate qu’on lance au milieu d’un champ d’un étang quand on écrit à sa mère avec des lettres rouges et du parfum d’encens pour imprimer des mots d’amour qu’elle ne lira jamais quand la pénombre du soir entre facilement dans nos mains pour écrire dans le ciel tout l’espoir qu’on avait qu’on avait les yeux fermés l’amour la solitude le soleil qui ne vient pas toujours ici quand on l’attend il fait froid dehors il... [Lire la suite]
Posté par d i v à 18:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]