15 avril 2011

   ; ;             :   : Je voudrais être n'importe qui, n'importe quoi, courir au bord de cette falaise, mâcher du papier, pour comprendre d'où vient le vent, du soleil dans tes cheveux, qui nous double sur la grande route, où nous avons marché tous les deux, pendant des heures, la peau dans ce sens là, la peau des fleurs toutes retournées, quand nous marchons, quand nous marchons,retient-moi si je tombe, j'aimerais savoir, quel est l'endroit le plus doux à toucher, si c'est... [Lire la suite]
Posté par d i v à 13:13 - Commentaires [1] - Permalien [#]

14 avril 2011

    : : :   : : : : the user name or pass word is incorrect       tu veux peut-être un autre mouchoir pour que je te torche le cul que je t'un ventre un autre espoir avec je t'ai perdu 1 000 fois j'ai pris des mouchoirs en papier pour t'écrire un livre dessus on était on était qu'un et puis merde si on était les derniers dans la farandole je tournais moi je tournais dans ta robe plus belle oh oui beaucoup plus belle que les autres robes en train de sécher dans le marais salant de mes... [Lire la suite]
Posté par d i v à 13:40 - Commentaires [3] - Permalien [#]
14 avril 2011

: :   : : I’m DEAD I'm BERTRAND cantat : : : : peut-être qu'on n'a plus de chagrin / quand l'émotion nous fait du mal / à l'intérieur d'un chemin / j'avais mis mes épaules / le long d'un mur étroit pour me blesser  / d'homme à homme / on aime bien ce genre de chose / c'est très dur c'est parfois difficile / à l'intérieur la fibre à plein d'aspect mystérieux / médicale et profond / c'est pratiquement fini et c'est déjà la fin / les larmes dans un carré magique pour les morts / pour... [Lire la suite]
Posté par d i v à 02:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 avril 2011

fly

  : : :     on la ressent mieux qu'avant cette peur dans le ventre quand l'orage n'est plus très loin il faut compter maintenant dans sa tête l'espace entre chaque lumière pour être un homme une femme derrière toi sur la chaise vide le banc où nous étions assis serrés l'un contre l'autre sur la même pierre qui dévie l'os sa trajectoire où nous avons perdu nos forces avec le bruit que ça fait dans le corps tout ça l'air qui passe entre nos bras le fait d'attendre le fait d'y croire encore sur un chemin bordé... [Lire la suite]
Posté par d i v à 03:11 - Commentaires [1] - Permalien [#]
09 avril 2011

  / / / / / / / /  texte voix : d i v - piano musique : l e : :
Posté par d i v à 15:03 - Commentaires [2] - Permalien [#]
08 avril 2011

le père et le petit garçon

: : : : : : : Il y a un truc superbe qui passe en nous, ça glisse avec le temps le bonheur tout ça, non ce n’est pas du sable incolore que tu secoues, dans le sablier brun rouge et vert ou bleu turquoise, mais finalement qu’importe sa couleur la place qui le maintient, et puis le vent qui le déplace pour l’emmener n’importe où loin d’ici, il est collé sur ta peau pour croire encore à son retour, imminent dans les vagues qui sont plus belles les unes que les autres, on a jeté la pièce de monnaie en l’air c’est pile ou face,... [Lire la suite]
Posté par d i v à 02:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 avril 2011

le jeune homme et la mère

; ; ; ; ; ; ; Des fois j’écris très tard la nuit quand mes parents dorment. Citée de la science ou de la musique je ne sais plus très bien où périssaient les dieux. Des fois je suis plus ou moins coincé dans une aventure d’une dizaine de pages. Chez moi je suis le roi du monde et j’ai quarante neuf chambres + une petite avec une grande rosace contemporaine accrochée aux murs du salon sur un superbe morceau de bois laqué qui tremble bien plus que moi quand il y a du vent qui entre dans la maison voilà vous savez tout de moi. Et... [Lire la suite]
Posté par d i v à 00:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 avril 2011

: : ; ; : :  language                  is   a  virus               : : :    
Posté par d i v à 17:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 avril 2011

: :: :   CUT-TER           [ Je ne suis qu’une machine, un ventre, un boyau trop sensible ; un boulimique qui avale tout ce qui passe ; la vie, les événements, les êtres et les sentiments ; toute cette existence se concentre et me pénètre, ça s’infiltre en moi et je dois l’ingérer, la digérer, l’assimiler pour la rendre transformée, je chie ce que je n’ai pas vomi, et la vie ressort de mon ventre réincarnée en une chose gluante et odorante ; j’accouche d’une nouvelle vision... [Lire la suite]
Posté par d i v à 19:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 avril 2011

/ / / / / / vers 1615 / /   / / / / // /
Posté par d i v à 16:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]