12 janvier 2010

homme à la mer

: : : : : : : il est trop tard pour aimer il est trop tard pour prendre le petit médicaments qui se trouve dans sa main droite toute repliée comme une feuille d’acacia en fer après que le vent soit rentré directement dans elle comme un volet qui grince qui tape et se casse la gueule dans vos nuits tombées comme des carlingues ou hydravion noyé en plein désert juste pour un peu d’eau d’amour dans les yeux il est trop tard pour faire un enfant dans le dos des arbres à peine bu par un verre de citronnelle juteux il... [Lire la suite]
Posté par d i v à 02:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 janvier 2010

: : : : : : : : On se roulera dans l’herbe On fera tout tomber Derrière nous On soulèvera des monts Et des arborescences De petites vies Pour que des fèves dorées   Poussent comme des clochettes Au fond de nos gorges Toutes inondées De sucres et de pâquerettes Pour nous rappeler Comment c’était âpre après La bouche des chimpanzés Collée sur nos bouches    L’odeur du printemps Est déjà dans nos mains Comme une route un fil  ... [Lire la suite]
Posté par d i v à 17:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 janvier 2010

/ / / / / / / REPEINDRE / / / / / / /
Posté par d i v à 18:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 janvier 2010

; ; ; ; ; ; Nous sommes entrés Dans un mouvement Aléatoire Qu’on ne peut plus refaire Je n’ai pas chaud Je me mangerais plus tard Les doigts Ce n’est pas bon Je me régale Moins cinq Qu’il fait dans la bouche On parle de quoi De solution D’exemple Dans les mains Là Focalisé Plus d’une minute Sur du silence Sur du rien Grenoble Il neige un peu Certain soir Rétablissons-nous Un code de bonne conduite De bonne conscience Dans... [Lire la suite]
Posté par d i v à 18:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 décembre 2009

: : : : : NOEL C’est la merde, c’est jaune et c’est mal centré, un passage, boue qu’elle me dit derrière mon dos pour me faire peur, et me reconstituer, je suis un arbre, un concentré, un bon repas, un bon, un peu partout des champs, et des fontaines au mur, un long couloir où la mort est là si séduisante, quand on la touche avec un gant en soie rouge avec des figures vertes toutes autour, à la va vite, il y a ton âge, la densité des voix, tu sais si la médecine n’avait pas fait de progrès je n’aurais jamais eu... [Lire la suite]
Posté par d i v à 17:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 décembre 2009

; ; ; ; ; ; QUE RETIENT-ON D’UN BAISER ? du sucre une odeur un point de chas-tetépourpre etodorantdans un verre de chiffon j’écarte tes petites lèvres dou-ces tes oreilles  ta prose et le tissu caché deslarmes roses comme le cristalou l’arc bandé des peauxchavire en plein centre  un cheveuque le mondeépaissira dans un souffle coupé après la chute des arbres je baise ton front l’enveloppe ta nuque tes mainstes bords ettes douze   la flore laisséecomme un spectacle les catapultes salées dans le dos... [Lire la suite]
Posté par d i v à 17:35 - Commentaires [2] - Permalien [#]

10 décembre 2009

sans nom

: : : : : : : : Tu sais. Le temps n'existe plus. J’écoute du silence dans une bouteille d’eau hépar sur une plateforme pourris, dévastée et bien réelle. A dos de rien. Le silence est. Comment dire. Profond. J’écoute. Le tic tac dehors des arrêts de bus. Déjà dit. Pas d’inquiétude. Pas sommeil. Je baille. J’ai sommeil. Ciel violet. Mauve. Ciel violet. Bleu. Comme indiqué dans les beaux livres. Je regarde la télévision. J’éteins la télévision avec le manche de la télécommande en plastique. Tu baises. Je me branle... [Lire la suite]
Posté par d i v à 17:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 décembre 2009

/ / / / / / / NE PLUS ECRIRE COMMENCE SERIEUSEMENT A ME FAIRE CHIER Et comment je marche, moi.  Très franchement dans la mer. J’ai les yeux des éléphants,liquides en gouttes.Des accidents de pluie.Dans un tableau quand je n’arrive pas à écrire.   Je suis un mauvais fils.Avec ses incidences. Ses lignes. Par dimension. Qu’ont les nuages dans le ciel pour écrire. Quand les oiseaux se doublent.Comme des hélicoptères, Apaches. J’oublierais. Tout. Le sens, de mes 3 accidents, en trois mois. De la caravane... [Lire la suite]
Posté par d i v à 20:05 - Commentaires [1] - Permalien [#]
08 décembre 2009

. ... . . A SUIVRE mardi 08/12/2009 18:30 ..[ une trop haute estime de soi, être uniquement axé autour de son nombril, ne permet pas en poésie d’écrire des belles choses délicates et suaves pour réveiller le cœur de ceux qui veuillent rêver et prendre part au rêve, il n’y a aucun cour au monde pour apprendre ça, c’est inutile, car c’est une chose qui vient d’un peu plus bas, du cœur, d’un noyau, du ventre, d’un nerf central qui commande tout, nous sommes sur une corde et la corde est sensible, elle souffle toutes... [Lire la suite]
Posté par d i v à 18:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 décembre 2009

. . . . . . ILFAUT AIMER vendredi 04/12/2009 21:55Je suis arrivé à un instant de ma vie où les choses bougent, c’est plutôt alerte, et prolongé, la route devant moi ressemble à une ligne blanche et des oiseaux, il faut que je traverse le pont avec les pieds, ça va, je vais tenir, je vais pleurer dans une tranche de pain, je me dépêche, encore un peu, bouge pas, il faut que je touche pour la première de ma vie les larmes qui coulent sur des visages enfouis dans l’eau, c’est le tien que je renforce avec mes mains,... [Lire la suite]
Posté par d i v à 22:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]