13 octobre 2009

; ; ; ; ; ; ; BERENICE ; ; ; ; ,,,,,,,,,,,,,,,,Veux-tu recommencer la trame à l’envers moi non plus et la raison est simple toute tracée dans la page blanche des plus belles phrases dans la doublure des portes et des tourelles fixées à l’ortie blanc dans de la porcelaine rose j’en ai fait dedans tout un dimanche du parfum macéré avec tes paumes dans la partie qui reste pour inventer des pierres un nouveau mur j’en garde encore dans mes nuits blanches... [Lire la suite]
Posté par d i v à 17:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 octobre 2009

; ; ; ; ; POUR EN FINIR . . AVEC TOUT ÇA. . . POUR EN FINIR . . AVEC TOUTE . . CETTE MERDE. ; ; JE . . CROIS . . MAINTENANT EN . . DIEU LE TOUT . . PUISSANT. JE . . CROIS . . MAINTENANT ; ; EN . . TOI. A LA . . ... [Lire la suite]
Posté par d i v à 17:15 - Commentaires [1] - Permalien [#]
02 octobre 2009

; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ;; ; ; ; ; ; ; ; ; ;
Posté par d i v à 17:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 septembre 2009

; ; ; ; ; ; ; ; allez, on recommence parce que j’aime ça, ne rien finir, ne rien promettre, allez du point a au point b, revenir, sans oublier d’agrafer le corps au corps, des fenêtres, je tousse, et j’ai des contractions musculaires dans la ville, dans la tête et puis forcément dans tout le corps, ça gagne vite, immanquablement, ça gagne du terrain, il manque des choses, des portes, des chiffons rouges pour avertir qu’un tube en acier est trop long, à l’arrière du véhicule, il faisait froid à la cantine, quand... [Lire la suite]
Posté par d i v à 17:55 - Commentaires [1] - Permalien [#]
29 septembre 2009

; ; ; ; ; ; ; ; ; ; usine à merde, écrivain, t’as vu ça où, dans la page d’accueil, dans ton gèle, en haut à droite, espèce de jogger du dimanche et du mardi, toute la semaine, même s’il le faut, plus rien de comestible, je mâche ses ventres, et deviens verre comme du cheveu, 152 dents dans le total TTC de la pluie et du soleil, et puis plus rien, vous cochez dans la bonne case, sinon c’est tout un ensemble de mots qui dégoulinent et qui s’en va, après le 4 septembre, dans la bonne base, vous savez moi,... [Lire la suite]
Posté par d i v à 17:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 septembre 2009

; ; ; ; ; ; [ ici londre] ; ; ; [ sur toile bleu ] [ f ] ; ; je suis chargée d’or et de lumière j’ai mis une fleur dans la pelouse je m’assois dessus dessous je suis encore de l’eau  je remonte l’eau des carnivores et des cantiqueslus dans le noir pour exciser des pierresdes souvenirsau fond de l’eau des pierresqui  de la vase de la un visage j’ai dans mes mains tes sourires en surbrillance des fleurs un lac des fleurs un lac il n’est jamais trop tardl’heure... [Lire la suite]
Posté par d i v à 11:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 septembre 2009

TU ME MANQUES TU ME MANQUES ET JE N’AI RIEN APPRIS

; ; ; ; ; ; ; comme une conne. je suis complètement décalée. à rond bas. points de suspension. comme si du vent. passait. je nage comme une graphie. fautive. portail de l’écriture. peut-être pas. moi j’en veux toujours au soleil, à la pluie, à l’amour. désolée. mais je compte encore quelque nuages dans mon café. au dessus de 5 000. c’est tout neuf. la peau. je suis rentrée dedans. mais je songe à aller plus loin. tu sais. c’est comme pour la salle de bain. un lit pour une seule personne. des suites. je vois grand.... [Lire la suite]
Posté par d i v à 14:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 septembre 2009

poeme 2 et quatre ; ; ; ; ; ; je n'ai pas su je n'ai pas su trouver les mots pour lui dire je dévisse je reviens du refuge un plan large ou je plonge mon enfant mon enfant par les pieds dans les airs pendu comme un pendu qui se digère à chaque pas dans chaque doigt passe une très légère musique c'est le vent qui s'abat qui danse c'est le vent qui passe jusqu'ici je l'entends dans la succession des prières et des supra la belle tonalité des pas qui se perdent tout près de la mer pour vider mon âme sensible comme... [Lire la suite]
Posté par d i v à 17:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 septembre 2009

FUIR LE SUICIDE / METHODE DE L'ISOLEMENT ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; quand j'ai perdu mon fils dans la société du néant où je vis tu bois du café tu trempes tes doigts dedans dedans c'est chaud ça dégouline tu fais des rêves dans un new york détruit mais carrément détruit et j'ouvre un oeil sur des carrés blancs des pions noirs dans des cases que plus rien de dérangent des corps à corps une arme une rencontre la source à moins quatre dégrés ça devait arriver c'est tout on va voir ce que j'ai en... [Lire la suite]
Posté par d i v à 01:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 septembre 2009

LA DOULEUR EST PARFOIS MAGNIFIQUE . . . . . . . . tu n’aimes pas te promener dans mon corps je le sais très bien je l’ai senti dans la terre ferme qui bougeait dans nos mains ça faisait glouglou des nœuds quand la douleur se dissipait un peu pour disparaître tu bouges toute seule tu vas trop loin dans la mer dis-moi c’est dans quel axe et dans quel exercice déjà quand on passe sur la table dans le sentier dans les cantiques ouverts je ferme tout je cherche dans le ventre la douleur et les couleurs qui se... [Lire la suite]
Posté par d i v à 18:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]