14 septembre 2009

; ; ; ; ;; ; ; ; ; ; ;.............je voudrais être n’importe qui n’importe quoi un rouleau sur la mer une paire de ciseau une tranche de pain la couleur d’un cou dans la lumière d’une fenêtre tout en haut là-bas et déjà loin je voudrais être une jeune fille que l’on saute dans les chiottes pour sentir le canard WC dans les cheveux trainée le long du quai sur une digue encore ouverte pour le passage des bateaux perdus comme une étoile de mer dans des filets oranges et rouges pour que tu me touches comme... [Lire la suite]
Posté par d i v à 17:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 septembre 2009

Morning Mist

; , , , , , , , , , , , , ta gueule qui me colle ta bouche dans mon corps ta bouche qui me colle derrière la vitre au revoir ne me lâche pas des yeux je vais tomber tu sais ne me colle pas des vitres sur tout le corps pour mieux me voir c’est inutile après je joue du piano dans la grande pièce sans rien savoir ni rien connaître de la musique j’envoie des timbres dans des enveloppes anglaises à doubles fonds et blanches j’écris que ta culotte est en papier je confirme qu’il y a du vent dehors... [Lire la suite]
Posté par d i v à 17:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 septembre 2009

; ; ; ; ECRIRE POUR SURVIVRE L'ENTENDRE ET CREVER ? ? ? ? donnez-moi quelque chose vitedonne-moi des roses juste avant de partir s’il te plaît un peu de ta circonférence de ta salive pour nous voir une dernière fois couler dans l’ordure dans le bronze dans le silence jaune et bleu une goutte d’eau cassée une craie blanche contre le mur un pas juste au dessus de l’épaule comme un point de départ comme une autre chute un marquage comme une extrême tension qui ne part pas tout de... [Lire la suite]
Posté par d i v à 03:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 août 2009

. . . . . ROMAN POLICIER - page 27 . . . Qu’est-ce que je vais faire de tout ça le chanter dans la rue en ouvrant la fenêtre sur le monde ouvrir des portes par la chaleur trouver la forme exacte écrire qu’il faut que je chante n’importe où un homme m’a poussé dans le dos un homme est tombé à la mer un homme pour tout type de chronométrage homologué apparemment je le vois se débattre comme un fou forcené dans l’océan la vie la mort et l’étincelle pour repartir vers l’accident l’aventure j’ai vu la... [Lire la suite]
Posté par d i v à 17:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 août 2009

                                                                                           . . .bonne fete maman . . .....................................................................Nous sommes nous sommes de la merde... [Lire la suite]
Posté par d i v à 17:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 août 2009

FLOT . . . . . LE BRUIT DE LA NUITToute chose se repose à tue-tête. S’endort sur le ventre. Quand le sable est mouillé. La plage se retire. Au loin. Dans le creux d’un sillon. Il y a du silence. Un espace blanc. Encore un espace blanc. Ouvert. A la page 30. Tu tiens ton livre entre les genoux. Tu ne lis pas. Tu dessines des fleurs sur ta peau. Qu’est-ce que t’en penses. Du pull. Et des h. Dans le mot maison. Porche. Fenêtres. Train qui ne passe pas. A l’heure proprement dite. Tu attends. Tu regardes. Qu’est-ce qui... [Lire la suite]
Posté par d i v à 13:17 - Commentaires [2] - Permalien [#]

14 août 2009

Tiki

; ; ; ; ; ; ; . . . . . . ; ; ; ; ; ; ;
Posté par d i v à 00:07 - Commentaires [1] - Permalien [#]
02 août 2009

albert

; ; ; ; ; ; Je veux être aussi libre que des trains roses casse-moi la clavicule avec tes lèvres il n’y a que du maintenant et des heures qui défilent sur des panneaux signalétiques le pouvoir est une vitesse une fausse joie j’ai rasé des transplantations j’ai peur il y a une trace après rebond je suis un immense artiste une forme d’épuisement un enfant tue un autre enfant je joue avec je suis total et permanent c’est l’inventaire de tous mes manques Je bricole chaque été quand la vitesse est un... [Lire la suite]
Posté par d i v à 14:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 août 2009

émo ro ide

; ; ; ; ; Je ne t’ai jamais dit que le soleil fond rapidement dans mes mains quand je les appuie les prolonge quand je les touche avec succès du vinaigre blanc coule en abondance dans ma gueule et je suis heureux de sentir ça sur ma peau de me faire fouetter par du vent qu’on commémore au loin qu’on annule aussi d’un coup de baguette magique si près du corps qu’on se coupe encore une fois on recommence je ne t’ai jamais dit que c’est avec la bouche que tu m’as mordu le sein avec cette élégance raffinée qui revenait très... [Lire la suite]
Posté par d i v à 14:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 août 2009

. . . . . . KOOLHYDRAAT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Posté par d i v à 00:13 - Commentaires [2] - Permalien [#]