18 septembre 2009

TU ME MANQUES TU ME MANQUES ET JE N’AI RIEN APPRIS

; ; ; ; ; ; ; comme une conne. je suis complètement décalée. à rond bas. points de suspension. comme si du vent. passait. je nage comme une graphie. fautive. portail de l’écriture. peut-être pas. moi j’en veux toujours au soleil, à la pluie, à l’amour. désolée. mais je compte encore quelque nuages dans mon café. au dessus de 5 000. c’est tout neuf. la peau. je suis rentrée dedans. mais je songe à aller plus loin. tu sais. c’est comme pour la salle de bain. un lit pour une seule personne. des suites. je vois grand.... [Lire la suite]
Posté par d i v à 14:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 septembre 2009

poeme 2 et quatre ; ; ; ; ; ; je n'ai pas su je n'ai pas su trouver les mots pour lui dire je dévisse je reviens du refuge un plan large ou je plonge mon enfant mon enfant par les pieds dans les airs pendu comme un pendu qui se digère à chaque pas dans chaque doigt passe une très légère musique c'est le vent qui s'abat qui danse c'est le vent qui passe jusqu'ici je l'entends dans la succession des prières et des supra la belle tonalité des pas qui se perdent tout près de la mer pour vider mon âme sensible comme... [Lire la suite]
Posté par d i v à 17:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 septembre 2009

FUIR LE SUICIDE / METHODE DE L'ISOLEMENT ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; quand j'ai perdu mon fils dans la société du néant où je vis tu bois du café tu trempes tes doigts dedans dedans c'est chaud ça dégouline tu fais des rêves dans un new york détruit mais carrément détruit et j'ouvre un oeil sur des carrés blancs des pions noirs dans des cases que plus rien de dérangent des corps à corps une arme une rencontre la source à moins quatre dégrés ça devait arriver c'est tout on va voir ce que j'ai en... [Lire la suite]
Posté par d i v à 01:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 septembre 2009

LA DOULEUR EST PARFOIS MAGNIFIQUE . . . . . . . . tu n’aimes pas te promener dans mon corps je le sais très bien je l’ai senti dans la terre ferme qui bougeait dans nos mains ça faisait glouglou des nœuds quand la douleur se dissipait un peu pour disparaître tu bouges toute seule tu vas trop loin dans la mer dis-moi c’est dans quel axe et dans quel exercice déjà quand on passe sur la table dans le sentier dans les cantiques ouverts je ferme tout je cherche dans le ventre la douleur et les couleurs qui se... [Lire la suite]
Posté par d i v à 18:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 septembre 2009

GOLDEN TEMPLE . . . . . . . Bouffe ma merde elle te régale j'étais panneau depuis fort longtemps quand le signal a été donné de plonger dans la mer corps nu balastre élastique crinière dans les cheveux dans les flots quand la douleur s'est réveillée j'étais petite fille bras d'un fleuve père qui te donnait le sein pour que tu me récites des poèmes chauds dans la cour un arbre est belle est beau comme une épave magnifique douce et tombée dans la mer un ventre qui te caressait la peau quand le chien perdait ses... [Lire la suite]
Posté par d i v à 23:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 septembre 2009

; ; ; ; ;; ; ; ; ; ; ;.............je voudrais être n’importe qui n’importe quoi un rouleau sur la mer une paire de ciseau une tranche de pain la couleur d’un cou dans la lumière d’une fenêtre tout en haut là-bas et déjà loin je voudrais être une jeune fille que l’on saute dans les chiottes pour sentir le canard WC dans les cheveux trainée le long du quai sur une digue encore ouverte pour le passage des bateaux perdus comme une étoile de mer dans des filets oranges et rouges pour que tu me touches comme... [Lire la suite]
Posté par d i v à 17:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 septembre 2009

Morning Mist

; , , , , , , , , , , , , ta gueule qui me colle ta bouche dans mon corps ta bouche qui me colle derrière la vitre au revoir ne me lâche pas des yeux je vais tomber tu sais ne me colle pas des vitres sur tout le corps pour mieux me voir c’est inutile après je joue du piano dans la grande pièce sans rien savoir ni rien connaître de la musique j’envoie des timbres dans des enveloppes anglaises à doubles fonds et blanches j’écris que ta culotte est en papier je confirme qu’il y a du vent dehors... [Lire la suite]
Posté par d i v à 17:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 septembre 2009

; ; ; ; ECRIRE POUR SURVIVRE L'ENTENDRE ET CREVER ? ? ? ? donnez-moi quelque chose vitedonne-moi des roses juste avant de partir s’il te plaît un peu de ta circonférence de ta salive pour nous voir une dernière fois couler dans l’ordure dans le bronze dans le silence jaune et bleu une goutte d’eau cassée une craie blanche contre le mur un pas juste au dessus de l’épaule comme un point de départ comme une autre chute un marquage comme une extrême tension qui ne part pas tout de... [Lire la suite]
Posté par d i v à 03:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 août 2009

. . . . . ROMAN POLICIER - page 27 . . . Qu’est-ce que je vais faire de tout ça le chanter dans la rue en ouvrant la fenêtre sur le monde ouvrir des portes par la chaleur trouver la forme exacte écrire qu’il faut que je chante n’importe où un homme m’a poussé dans le dos un homme est tombé à la mer un homme pour tout type de chronométrage homologué apparemment je le vois se débattre comme un fou forcené dans l’océan la vie la mort et l’étincelle pour repartir vers l’accident l’aventure j’ai vu la... [Lire la suite]
Posté par d i v à 17:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 août 2009

                                                                                           . . .bonne fete maman . . .....................................................................Nous sommes nous sommes de la merde... [Lire la suite]
Posté par d i v à 17:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]