05 mars 2009

. . . ACCIDENT GRAVE DE VOYAGEUR . .. . . . . . . . . .
Posté par d i v à 16:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 mars 2009

. . . TRANSFIGURATION ? ? ? + . . il faut toujours viser la tête + géographie intime = TRANSFIGURATION [ acryli- que + calque + photo ] ; ; ;
Posté par d i v à 14:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 mars 2009

. . . . . . Eau Minérale Naturelle . . . . . .je vous dédie ce texte A TOUS cette équation sur la demande et sur les chiffres qui s’écroulent  partout on veux du résultat sur des livres et des chansons je dédie tout tout mon chagrin en lettres capitales toutes mes peines dans des cahiers déchirés qui n’existent pas  je ne crois pas en dieux mais je crois à la beauté des églisesje ne crois pas à la beauté des églises mais je crois au sacrifice  tout mon chagrin en lettres... [Lire la suite]
Posté par d i v à 06:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 février 2009

ROUGES.POMMES

.. . . . . Comme désert. Une phrase tirée d’un livre. Des pommes rouges. Blanc. Encore ici. Le tour des yeux pour s’extirper. Et vous le dis. Rouge et parfois pigmenté. Je vous répète. Quand le sable est orange. Non. Reconnaissable au fond d’un récipient. Dans la dent plombée. Sur un pont. Cassé. A la place d’un autre. Mauve. Pour écrire. Moi. Epaisse. Dans la bouche. Molle. Avec l’oreille de maïa. Une espèce de petite liqueur. Un coffre. Du gel. A double tour. Un liquide foncé. Sur le côté.... [Lire la suite]
Posté par d i v à 17:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 février 2009

; ; ; ; ; ; ; TABLE 2 [ o s - c t ] ; ; ; ; ; Tue-moi. + et -. Je passe à l’acte. C'est la tête. Je suis blanc, je suis tout blanc. Le dernier bord. Je suis sur une photo. L’histoire c’est la peau. Quelque chose existe. La lumière est la forme. Sur une photo. Orangé. Quand tout est totalement. Comme un blockhaus. Monstrueux. Dans le noir. Je passe à l’acte. Musculaire. La production est productive. Je transporte une dent cassée. Je lui ai dit. Je suis l’espace manquant. Tue-moi. Les... [Lire la suite]
Posté par d i v à 21:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 février 2009

. . . ., , QUAND VOUS VOYEZ UN PAPILLON, LE SUIVEZ-VOUS ? . . [ lèvre morte sommet touffu si noire sur le flanc entre de l’eau qui saigne la boue trace un chemin à outrance la boue trace un chemin gris-beige nos mains fendues le goût du sang sur l’écorce quand pénètre le ciel dans le poing ce trésor ta boue éclatante sous un pied je portais des trucs lourds nos corps l’arbre de ta forêt le sexe pour remplir les jarres scellés de charbon qui cerclent ton front toute la journée cette terre qui t’appartient la... [Lire la suite]
Posté par d i v à 22:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 février 2009

; ; ; ; Le désert de Tuva ; ; ; ; ; Quand vous voyez un papillon, le suivez-vous dans le désert de Tuva, Madame Sainkho Namtchylak ? ; ; ; ; ;
Posté par d i v à 22:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 février 2009

. . . . . AUTOPORTRAIT . . . . . . TABLE [ c t - o s ] .. . Tue-moi. Je passe à l’acte. Je suis blanc, je suis tout blanc. Je suis sur une photo. Quelque chose existe. Sur une photo. Quand tout est totalement. Monstrueux. Je passe à l’acte. La production est productive. Je lui ai dit. Tue-moi. Quand la production est productive. Dans ton cœur. Il y a des pertes. Et des théâtres. Au bord. Des cheveux. Un fleuve carré. Modulable. Qui passe. Il y a du lait partout. J’ai perdu... [Lire la suite]
Posté par d i v à 13:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 février 2009

. . . . . [ Quelque part en Afghanistan ou ailleurs. ;; ; ; Est-ce que tu pensais un moment à nous lorsque tu épaulais ta putain de Kalachnikov ? Fils de ... ] [ a r ] . . . .
Posté par d i v à 12:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 février 2009

POMMES. ROUGES

. . . . Une phrase tirée d’un livre. Blanc. Le tour des yeux pour s’extirper. Rouge et parfois pigmenté. Quand le sable est orange. Reconnaissable au fond d’un récipient.  Sur un pont. A la place d'un autre. Pour écrire. Epaisse. Molle. Une espèce de petite liqueur. Du gel. Un liquide foncé. Coule crevé. Dans l’oreille. Quand tout est blanc. Dans une capsule de cire. Noire. Et des insectes. Sur le ventre. Des rats. De la vermine. Du soleil. Et des intempéries. Du jour pour s’abriter. Avec un livre blanc. Sur le côté.... [Lire la suite]
Posté par d i v à 18:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]