08 janvier 2009

[ il n'a pas neigé comme ça depuis cent ans ] [ F ]

. . . . . il n'a pas neigé comme ça depuis cent ans j’étais petit dans le silence petit c’est déjà loin c’est dans le noir qu’on réfléchit à ça à mettre de la neige dans une poche en plastique pour faire le tour de la maisonà temps c’est digéré c’est blanc opaque ça va nul part à force de reculer la terre est un rectangle le temps qui passe est un rectangle aussi pour avoir chaud dans un rectangle il ne faut pas avoir de mains carrées c’est du vent c’est un grand terrain qui ressemble à un rectangle ça fait 100 ans... [Lire la suite]
Posté par d i v à 09:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 décembre 2008

DESCRIPTION DE L'OBJET JUSQU'A L'EPUISEMENT

. . . . . . . je veux noir encule-moi par la bouche il est grand temps d’inverser les rôles sporadiques et lumineux la porte n’est pas complètement refermée il doit forcément y avoir une autre issu dans l’eau foncée des cataractes là où nous avons enterré des grands jardins par rangée de dix c’était l’histoire de l’homme avant  pas la peine de chercher les dolomites et les cessions de rattrapages pour tous il est trop tard pour regarder la chute devant soi  pas la peine de... [Lire la suite]
Posté par d i v à 04:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 décembre 2008

TRANSGRESSION

. . . . . . . Tu sais ma petite Margot comme toi j’ai une bitte un truc qui pend enfin presque qui pendouille entre tes jambes j’aime le silence ça n’empêche pas et ça n'enlève en rien je me suis épilé la semaine dernière c’était au mois d’aout maillot de bain et tout et tout sexes et sous le menton bras mais non je n'avais rien au coude tu sais j’aimerai qu’on m’enfile un gros sapin de noël dans le cul une branche pour voir comment ça fait d’avoir le cul tout vert ouvert et plein d’épines je suis quand même... [Lire la suite]
Posté par d i v à 00:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 décembre 2008

Re: mauvais sorts

.. . . . . Je suis pur et innocent. Tes dents tomberont toutes seules. Les unes après les autres. Les unes après les autres. Un petit trou dans la perle. De corail. Au milieu. Un petit trou dans le cerveau. Dans le nerf dans le fil. C'est fini. Voilà c'est fini. Je recompte. Après la mort de Patricia. Franchini. Tes dents tomberont toutes seules. Je le sais maintenant. Je suis pur et innocent. J'ai les chiffres. Je vois le jour à travers. Se lever. J'ai mis le bon médicament dans le pied droit.... [Lire la suite]
Posté par d i v à 21:13 - Commentaires [1] - Permalien [#]
08 décembre 2008

AMIBE

. . . . . . j’ai de la cire plein le cul ça fait mal à cet endroit làoù tu touches c’est le mondec’est ma cicatrice lente sous la lèvre   quand tu respires j’ai un vrai problème avec ça le double espace et ta respiration contre  le retour à la ligne le ciel qui change de couleur sans qu’on lui demande rien de bien précis au ciel c’est le monde et un camionune dent dans une cage petite    -J’ai désappris à travailler dans le bruit-ça aussi et ça couleur est rouge il pue ton t-shirt tu te... [Lire la suite]
Posté par d i v à 02:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 décembre 2008

quarante deux kilomètres cent quatre vingt quinze

. . . . . . . je regarde un livre posé à l’envers il y a des images un cheval au galop mouillé par une averse on dirait que dans le soleil il y a nos bras tendus derrière le dos ça forme comme une parenthèse d’eau très nette où c’est coupé le coude ressemble à un morceau de bois avec du sang sur la jambe nous marchons à cloche pied jusqu’à une fenêtre toujours en équilibre nos corps au-dessus de quelque braise en extension il y a du vent sur quelque chose de suspendu à l’extérieur sur nos lèvres la couleur des... [Lire la suite]
Posté par d i v à 22:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 décembre 2008

Je suis Punk (3,5)

. . . . . . . Un viol une dentition et pourquoi faire entre les doigts dents de lait corps aux roses donnes les moi toutes les billes en fers sur la table mon dieu qu’elles sont chaudes tes petites mains ils se veulent quoi surentraînés ces cases 7 péchés pour sept réponses ils veulent quoi l’île déserte l’ordinateur avec un sac plastique autour pour vérifier notre étanchéité nue quand nous sommes tombés ... [Lire la suite]
Posté par d i v à 18:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 novembre 2008

LA POETIQUE DU DEPART

. . . . . pour l k ; ; ; ; J’aimerai dormir. J'aimerai dormir encore un peu. J'aimerai dormir dans des bras. J'aimerai des bras.J’aimerai dormir sur le dos j’aimerai ne plus jamais ouvrir les yeux je suis fatigué je crois que je suis fatigué. J’ai perdu quelque chose qui avait beaucoup d’importance pour moi qui avait un sens. Maintenant j’en suis sûr c’est la couleur verte.Mourir un peu mais pas longtemps sur le sable blanc eau en couleur sur ce banc assis.Contempler la ville en chaussette. J’aimerai... [Lire la suite]
Posté par d i v à 17:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 novembre 2008

corps cobalt - Rubik's Cube Zero

. . . . . . CORPS COBALT Nos mains je n’écris pas forcément sous des galetsroses et lisses  je pose des pierres et des empreintes non pas des couleurs ni des contours mais des je lance je fonce et plie  toujours le même acier cobalt c’est quoi c’est le ciel avec du silence c’est plat l’épuisement c’est incliné quoi d’autre l’eau chaude un jour l’eau chaudeun jour   l'eau on la recommence ? J’ai marché dessus pieds nuspour faire des flaques en forme de main nos cla nos gouttes d’eaux... [Lire la suite]
Posté par d i v à 11:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 novembre 2008

m a n o n

. . . . . . . . . . .
Posté par d i v à 14:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]