11 juin 2008

LE PETIT NAVIRE

. . . . . . ; ; ; ; ; ;
Posté par d i v à 04:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 juin 2008

L'AMOUR APRES

. . . . . je déchire la première page d’un livre je vois qu’on tiendra plus longtemps qu’avant je lis entre des accolades que la guerre est fini je viens d’écrire à l’aveugle qu’un tout petit espace est encore visible je prends tout ce qui dépasse quatre 5 murs 2 trois étages et un sourire en demi teinte sur le bois le plus dur tu lances des pierres des morceaux d’attache je te cueille du lilas en saison froide je balbutie coroles et goûts amères sur la plage noire de monde tout un mardi après-midi sans toi alors que... [Lire la suite]
Posté par d i v à 14:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 juin 2008

RED ROOMS

. . . . . Je m’arracherai un bout de peau quand l’araignée aura fini de tisser sa toile seule comme une chrysalide morte sous un morceau de métal blanc identique au soleilidentique à ma voix et à mes yeux verts gris dans la bave au ventre des escargots de mer géants pour dessiner sur le sable des mots d’amour translucides et bruns à la nuit tombée pour que tu ne t’excuses pas je t’offrirai la jambe métallique de ma sœur paralysée en acier bleu et en inox rareje t’offrirai des coquillages phosphorescents uniquement... [Lire la suite]
Posté par d i v à 17:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 mai 2008

SANG DE CHIEN

. . . . . . tu sais j'y crois encore au bonheur aux vacances à toutes ces merdes qu'on nous vend sur catalogue tu sais j'ai tous mes cheveux bruns dans la bouche jusqu'au matin soir dimanche après demain après tu meurs seule comme une conne dans des lits à une place pour ne pas dormir à deux tu sais j'ai tous mes cheveux rouges jusqu'aux pieds déroulés dans un tee-shirt colibri presque mauve comme un bouquet de sang bien tassé que j'offre à la terre entière des hommes des femmes et des enfants et des tous petits... [Lire la suite]
Posté par d i v à 14:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 mai 2008

REINVENTONS

. . . . . . .. . . . . . . . REINVENTONS je suis ailleurs je suis goéland glissant sur un caillou géant qu’on dit goémon maladresse ou boule verte je suis ailleurs je mange mon chapeau cela me bouleverseautant  et n’engage que moi je mange un morceau de mangue pas frais pas cuit pas forcément morceau de mangue non plus d’ailleurs l’eau déplace un muscle pour moi sur un... [Lire la suite]
Posté par d i v à 12:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 mai 2008

LE FORUM BLEU

. . . . . . . . . .
Posté par d i v à 11:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 mai 2008

DEAD MAN DEUX

. . . . . . . . . . .
Posté par d i v à 22:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 mai 2008

LE LANGAGE DES VISCERES II

.. . . . VENDREDI 6 JUIN, à partir de 19H30: LE LANGAGE DES VISCÈRES II. Soirée de lectures poétiques et de performances musicales. Au Pestacle: 22 rue au Maire. 75004. Paris. Métro Arts-et-Métiers Le but de cette démarche reste double. Il s'agit d'une part de coordonner les interventions d'auteurs et de "performeurs" dont l'expression de la singularité se trouve renforcée par le cadre collectif ainsi constitué plutôt que de s'y dissoudre; et d'autre part de permettre la rencontre, tout au... [Lire la suite]
Posté par d i v à 13:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 mai 2008

Un œil flotte dans l’aller.

. . . . . . . . . . .. . .C’est mon père je le regarde autrement venir vers moi c’est la fête au premier étage c’est le ressac de l’eau c’est la première histoire que je dicte les yeux fermés je suis en parfait état je parle français à un vieux meuble bancale les docteurs ne changeront pas le cour du temps les retords du tissu à présent la pro A je construit un nouveau sacre un radeau je laisse de côté l’eau salée l’eau salée c’est pour les gencives qui saignent j’ai appris... [Lire la suite]
Posté par d i v à 02:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 mai 2008

PAPA EST MORT

. . . . . . La mer commence à toucher mes pieds, cela fait exactement deux jours que j’ai cette sensation très étrange près du mur, à soixante centimètres de la salle d’eau et du linge sale déposé parterre dans des gants blanc en caoutchoucs, elle ne s’éloigne pas, elle revient vers moi comme un brise glace entre les jambes, elle reste là à attendre que le premier bouge, je ne bougerai pas, pas plus qu’elle s’en ira de l’autre côté de l’horizon, son odeur de peau vraiment très blanche déconseillée à la nuque brisée... [Lire la suite]
Posté par d i v à 01:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]