16 avril 2008

PRAEDICTIO

. . . . . . . . . . . . Absolument plus rien ne peut détruire ni arrêter les voix la densité moyenne apprise est de quelques secondes je les entends je les traverse cloisonné à l'intérieur nous sommes allés sur le terrain d'en face faire des prises de vue nous sommes comprimés dedans il y a même des projections sur le mur de la merde de la peinture des cheveux du nerf armé ça va trop vite plus rien à faire juste attendre juste être en-dessous nous sommes comme dit la... [Lire la suite]
Posté par d i v à 01:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 avril 2008

a d n

. . . . . . . . . . . . Tu l’attrapes pour moi sur la dernière branche le fruit collé avec l’autre tu déconnais tout à l’heure quand tu disais que la plage était noire de monde je ferme les yeux. Je veux être heureuse je prends quelques grains de sables et un bouquet d’hortensia dans un fichu rose et laisse en état les choses je pense que c’est en cour mais n’en suis pas sûre.Glacée je suis glacée non je suis heureuse dans le bain là de la mousse dans les yeux... [Lire la suite]
Posté par d i v à 21:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 avril 2008

PORTRAIT CINQUE

. . . . . . . . . . . . .
Posté par d i v à 17:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 avril 2008

OVERALL 2

. . . . . . .on the dark tu disais monte sur mes épaules pour cueillir nos cerises d’ici on voit mieux tout en haut du même arbre en face du même jardin tu sentiras quelque chose de léger passer entre tes coudes entre tes mains quand il fait un peu plus frais quand le soir tombe sur tes épaules griffe on the dark est-ce que c’est fini est-ce que c’est vrai que le grand escalier dans la maison cachée derrière le même arbre est tombé sous le poids de la neige en été on the dark je ne sais plus recompter mes pas dans la... [Lire la suite]
Posté par d i v à 03:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 avril 2008

JANUS

.. . . . . . Janus. Fillette mal suspendu comme de la viande abattue entre deux fils de fer, blancs et bruns. Non je ne te regarde pas défiler entre les socles rouges. Je vois tes mamelles comme deux blocs de balsa. Je vois ta queue fétiche taillée recommencée retravaillée entre les statues sans têtes et colorées le jour par de l’aluminium masculin, détruit, complètement essentiel. On cherche d’autres couleurs dans les yeux, d’autres tâches d’encre, d’autres chutes d’arbres, d’autres terrasses et d’autres nivèlements... [Lire la suite]
Posté par d i v à 19:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 avril 2008

PASSAGE DANGEREUX [TROIS]

. . . . . . . . . . . .
Posté par d i v à 19:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 avril 2008

PASSAGE DANGEREUX

. . . . . . . . . . . . .
Posté par d i v à 02:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 avril 2008

LE LANGAGE DES VISCERES

. . . . . . . . Pour Amine dust of my dust sans qui ce texte n’aurait jamais existé. . . . . . . LE LANGAGE DES VISCERES . . . . . . . étrons passés par là avant j’en doute et je nivelle je plateforme je bouche je bande pas de façon continu non c’est pas ça c’est le bas du ventre le genou le morceau de peau la dent qui manque le nerf facial comme on dit si bien chez nous le... [Lire la suite]
Posté par d i v à 05:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 avril 2008

DUST OF MY DUST

. . . . . . . . . . . . .
Posté par d i v à 16:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 avril 2008

CLAIRE AMANDINE CYPRES

. . . . . . [ je crois que nous n’habitons jamais totalement notre corps. Nous ne l’habitons que par endroit, par moment, par sensations qui se déplacent. ] [ h d ]  12J’ai tout perdu, tu sais, je suis impatiente, il faut, rejoindre la petite route, rejoindre la petite route, sous les arbres blancs, il faut, tu sais, cueillir des fruits. Rouges. Rejoindre la petite route et le bord de la falaise pas avant dix heures, rendre sourd le cri enveloppé des rues qu’on traverse dans notre cellophaneou diligence, ou... [Lire la suite]
Posté par d i v à 18:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]