suicide toi mon fils [ d i v ]

17 novembre 2018

 

 

 

 

                                                     WATER LILLY POND

                                                                                                           d i v

 

 

 

 

Quand je suis arrivée ici

Je trouvai les églises belles

Et tes yeux magnifiquement

Beaux

Comme la beauté des portes

Comme les nœuds dans la chair
Comme la peau sur un autel du Nord

Où de n'importe où

Quand je suis arrivée ici

Je trouvai les églises belles

Et tes yeux magnifiquement

Beaux

Comme la souffrance après l’effort

Comme l’écriture blanche dans le marbre

Comme l’église en feu dans nos ventres

Tombé dans le suc de la plaie

 

 

 

En bas de cette page
Tu pourras lire
Un billet doux
Si tu t’approches un peu
Ecoute
Et ne baisses pas les yeux
Si facilement
Regarde
Le courage des oiseaux
Blessés dans la cendre
La gueule ouverte
Mais le cœur tendre
J’écris ton nom
Dans l’angle d’un tableau
Avec ton rouge à lèvre
Que j’embrasse
Comme si j’étais ton ventre
Ou tes pas sur mes ongles
Pour te suivre
Je veux tout recevoir
Avec force
Avec Amour
Feuilles pluies
Crachats feutres
Et lacets rouges
Lacérés
Dans la double détente
D’une crosse ou d’un coude
Pour être vent
Luzerne et bouche
Et j’en passe des addictions
Pour être un homme heureux
Pour être dans ton ventre
Je veux être une Cathédrale
Un abris-bus
Une soute
L’habit du magicien
Le rêve et l’ascension
Pour que l’ombre et la lumière
Rentre partout
Dans le cœur du monde
Je veux être
La corde à ton cou
Et l’arbre dans la cour
Aux milles couleurs
Où les enfants autour
S’étourdissaient
De joies et de bonheurs
Ni dieu ni rien
Ton corps

 

 

 

Je découpe des maisons
Pour mieux te voir
Et pour toucher ta peau
Ou est-ce l’inverse
Que je rencontre
Dans le tissu galbé
De nos mensonges
Pour Ecrire
Un jour sang
Sur tous les murs
De la ville
Quand je te cherchais
Quand j’avais faim
Quand j’avais peur de mourir
Si tendrement
Tu disais 
Regarde mon ventre
Tu disais
Regarde mon corps
Il est comme les statues grecques
Debout dans le jardin
On dirait qu’il pleut
Quand tu enfonces
Mon épaule dans la terre
Moi je t’aimais
Dans mes prières
Les plus folles
Mais je ne crois pas en dieu
Ni en rien
Moi je t’aimais
Dans les rigoles
Dans les jardins
Quand tu pissais fort
La tête penchée
Dans mes mains 
Les roses parfument la chambre
Ou est-ce l’inverse
Quand on a perdu septembre
En chemin
Ni dieu
Ni rien
Ton corps

 

 

 

 

Comme une mince

Pellicule de sable

Posée sur tes reins

Pendant qu’on marche

Pendant qu’on avale

Ou qu’on recrache

Le ciel

Le fleuve

L’immense champ

Devant nous

Qu’on me fasse attendre

Ou qu’un cygne plonge

N’importe où

Dans le temps frais

Une onde de choc

Je suis là

Pour oublier ta gorge

Tes yeux ton ventre

Je suis là

Je reviendrai demain

Perdre du sang

Dans une éponge

Je prendrai soin

Des autres

Comme avant 

Et tout ce jaune

Autour de moi

Résidu entre

Pour colmater

Les angles nus

Comme si nous étions nés

Tous les deux

Dans la cendre

Retour des vagues

Dans la sangle

Sur la pierre chaude

Nommée

Sans âge

Pour nous aimer

Davantage

Comme des enfants

Dans la lande

Perdue

Je double des nuages

Qu’est-ce que je regarde

Comme ça

Tomber

L’enfance

Tes mots perdus

C’est notre chance

De respirer le sol

Comme ça

Je m’en vais

Loin devant nous

Des livres

Pour ne plus faire semblant

Je m’en vais

Je dois partir

Avant la nuit

Ça forme

Comme une cathédrale

Dans le ciel

Une pyramide

Au-dessus de ma tête

Regarde passer les anges

Je vais bientôt tomber

Par où le vent me mène

Je m’en vais

Mordre le chemin

Pour oublier ta peau

Tes bras tes ongles

Ta langue

Tout ce jaune

Confondu

Sous la robe

Qu’on ne voit pas

Le blanc déchiré des ronces

Et des appâts

Comme tu bouges bien

Pendant quelques secondes

J’ai cru voir

L’équilibre du ciel

Ta main posée sur mon front

Comment va la mer

Aujourd’hui souterraine

Sous nos pas

De la couleur jaune

Fanée

Comme le temps passe

Quand tu me regardes comme ça

Fondre

Dans la lumière

D’un seul été

Sombre

Je cherche des traces

Je m’en vais

Je cherche les autres

Tu sais très bien

Quand la peur monte

On est prêt à faire

N’importe quoi

Pour retrouver le goût

De la peau

Et du colza

Dans la bouche

Tout autour de nous

De moi

Je te cherche

Je crie je me tais

Je me bats

Contre le vent

Je me cache

Bien plus petite

Aujourd’hui que le ciel

Quand on a perdu son amour

Entre les arbres

Je t’ai perdu

Je t’ai retrouvé

Comme un cheveu

Entre les deux

Pages d’un livre

Ouvert

Comme toutes ces fleurs jaunes

Dans la violence de l’été

 

 

 

 

Il faut aimer
Je crois
Et puis rire
Et puis se regarder
Fondre dans le corps de l’autre
Pour ne rien oublier des mains
Quand elles vous inondent
De lumières
Sorties de je ne sais où
Tes yeux peut-être
Posés sur nos lèvres
Pour toucher le toit du monde
Si précieux
S’il nous regarde encore
Avec ses yeux ronds
Couper la corde en deux
Ton eau de toutes mes forces
Je veux encore la serrer
Pour la vague
Et l’écorce de nos peaux
Dans le baiser qui me saigne
Dans cette lumière cathédrale
Qui monte au ciel
Avant de retomber
Dans cette boite
Enfermons tous nos secrets
Tous nos parfums
Nos larmes
Et le bonbon sucré des rêves
Sous la langue blanche
Au calque des saisons
Pour toucher le soleil
Avec nos doigts
Ou l’inverse
Je ne sais plus
Je sais mordre tes dents
Quand il pleut
Nos lacs au milieu de la chambre
Pour oublier le temps qu’il fait dehors
Il faut aimer
Et puis rire
Et puis se regarder 
Vivre un peu
Là-bas
Regarde
Le vent casse bien des portes
Il faut les écouter
S’ouvrir un peu
Comme le feutre
Des papillons tes yeux
Et puis les suivre
Et puis leur ouvrir les bras
Jusqu’au bout du monde
Même si le vent est fort
Il faut se regarder 
Ton eau de toutes mes forces
Il faut aimer
Ecarte les rideaux
Rouges pour coudre
Les tissus les plus doux
Que nous mettrons
Parterre devant la porte
Pour ne laisser personne entrer
Que notre souffle
Et notre envie de vivre
Et le bas de ta robe
Au mille éclats de verre
Pour ne plus jamais couper le jour 
Pour voir et mieux sentir tes ongles
Glisser sur toutes nos bouches
Ouvertes et roses
Sur le chemin des dunes
Quand nous auront
Crié dans l’autre
Il faut aimer

 

 

 

 

S’aimer
Parce qu’il est dit
De goutter vivant
Aux fruits morts
Dans toutes nos bouches
Tu les entends
Venir vers nous
Les monstres
Qui ont cassé
Le sablier
Avec leur langue
Dis-moi le centre de l’Amour
Et sa blessure
Et ses symptômes
La fleur où nous gardons l’arome
Pour être à la seconde
Une encre bleue
Un livre
Un cheval
Une queue
Le creux du dos
Et si la forme
Etait la peau
Pour être
Avoir été
Une ombre
Quand nous marchons
Dans le même siècle
A la même branche
Il n’y a plus d’arbre
Silencieux
Je suis tombé hier
Dis-moi le centre de l’Amour
Où coule
L’eau pénitence
Entre 2 gouttes
Le chat si précis
Dans l’aiguille des faux
Pour être
Dans le même sang
Quand nous baisons nos pieds
Nos mains
Nos maux
Quand la fleur est au menton
Humide et souple
Parce qu’il est dit
De goutter morts
Au fruit vivant
Dans toutes nos bouches
Affamées proches
De beauté sale
Et de désordre
Pour être deux
Dans un mur sombre
Je suis tombé
Dis-moi le centre de l’Amour
Et par quel cercle
Entrer dans l’autre
Et par quel cercle
Entrer dans l’autre
Et les vœux chastes 
Et les violons dingues
Et les allers/retours
Des corps
Dans ce grand parc
Marqué au fer rouge
Pour que l’aube
Eclaircisse nos cheveux
D’étoile de mer
D’hélice 
Pour aller plus vite
Quand roulent les corps
En sommeils 
Ensoleillées d’azur
Pour partir dans ta main
Quand tu souffles dessus
J’abîme un lacet
Mouillé
Pour les chercheurs d’or
Partis chercher tes yeux
Et autres mystères
Doux
Peau
Comme si le verre ne coupait pas
Directement
Jamais
Dans ce sens là
Les roses
L’humus
Et tes crachats
Toute ta forêt que je bois
Dans un verre d’eau
Posé sur ton ventre
Dis-moi

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par d i v à 19:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]

20 octobre 2018

SPHINX

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je dois filer

Je sais pas où

Je dois filer

Du lierre dans la maison

Entre des colonnes

Drapées de soleil

Je veux cette image dans les yeux

Dans le corps

J’emporterai tout

Les fulgurances

La forme du sphinx

Son œil

Et toutes tes robes

De la plus claire

A la plus mauve

Ton chant et tes silences

Quand nous étions heureux

Mais le chant du monde

Vaut bien mieux

Qu’un corps meurtri

Non

Un jour tu m’as dit

Que le sphinx

Ne tombera jamais

Devant nous

C’est comme un symbole 

C’est comme une phrase

Electrique dans tes cheveux

Sur le chemin des ombres

Jadis recouvert de feuilles

En deux petits morceaux

La raison cherche

Et le cœur trouve

Un jour tu m’as dit

La pulsion est comme la peau

C’est une substance nerveuse

Pour nous suivre

Et pour nous séparer

Un soleil de plomb

Maintenant chavire 

De l’autre côté 

Sur le chemin des ombres

Comme nos cheveux

Mais rien n’est blanc

Mais rien n’est sombre

Est-ce que vous ressentez

Le vide sous mes pieds

Est-ce que vous ressentez

La chaleur derrière mon dos

Ça rentre dans la chair

C’est plein de nœuds

Et de nerfs

Quand ça parle de l’homme

Et de son cri 

Ce n’est rien d’autre

Que le chant de l’amour

Une odeur de jasmin

Tes yeux dans ma bouche

Mais qui sommes-nous

Vraiment 

Magie noire

Vaudou

L’espace du dedans

Un regard silencieux

Et puissant

Pour se perdre

Dans les étoiles

Dans un corps

Dans l’œil du sphinx

En pleine lumière

Qui nous regarde encore

Mourir un peu

Avant de revenir

De renaître

D'être plus fort  

A l’amour

A l'amour

Un cœur intact

Un sang pur comme une étoile

Une étoile plus chaude que le soleil

Un soleil plus tranchant que la peau

Un sphinx

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par d i v à 09:34 - Commentaires [1] - Permalien [#]
24 juin 2018

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LA ROBE ROUGE      https://soundcloud.com/user-157051101/la-robe-rouge

 


il y a l'aube
nue qui s'écarte
pour nous laisser passer
un peu 
j'entre dents tes mots
pour mordre dans ta nuque
as-tu aimé
ma robe rouge
à terre
pour me sentir
un peu
nous sommes contre un tableau
où des mains touchent
notre peau
pour nous peindre
à notre tour
tout est retenu
si lentement
que les choses glissent sur nous
posé dans la cour
un soleil
une table
et nos corps
nus
pour infléchir l'ombre
quand vient le soir
la lumière a disparu
quand tu tournes
le visage pour aimer
pour attraper la bouche
te dire à l'oreille
des mots putes
sales
et au milieu d'une page
coule un cheveu
une fleur séchée
l'odeur de tes coudes
comme si le monde n'était qu'une flaque
entre nos jambes
crie
immole mes ongles
pour me rentrer dedans
quand tu tombes 
ne sens-tu pas venir
le commencement de tout
cette fin brute
s'éloigner revenir
nous griffer les ongles
ce silence
ce cri
cette distance dans le marbre
pour y entrer le corps 
cette partie qu'on efface
quand on entre avec le jour
il y a aussi cette dance
cette fin en soi
d'en finir
tomber dans tes bras
recommencer le doute
la vie la mort 
il y a cette route 
le long des roses
et puis ta nuque
posée contre mon épaule
dans les rêves les plus fous  
ton corps dans la robe rouge
posée devant la porte
comme un fantôme
des baisers doux
violents
tout autour 
la main derrière le dos 
pour nous aimer
longtemps toujours

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par d i v à 00:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 juin 2018

 

 

 

 

 

 

 

 

La Chanson

(Le Serpent)

in English

by Marin Gale

 

 

 

 

 

 

What we would not do for some love, so close to the world, off the wall and back

 

you sitck out your tongue, you swallow a breath

 

or is pain after the effort, a small crack?

 

You with your body probes, I don't know, I know, I never knew

 

where were the walls behind all those doors?

 

I look at the road above your shoulders.

 

I like your feet to walk all over me

 

your big tail off

 

to reverse roles, to see some of the other dying

 

What we would not do for some love

 

I let the sun melt on wasted flowers

 

that your robes perhaps embrace

 

you know the blue dress

 

that night murders

 

morning, when the bodies are tired

 

we always applaud

 

Higher darkness to light

 

when you walk in front of me

 

there are dark stones

 

the palace destroyed, forced to break

 

bending your head you draw a forest

 

to lose with me entwined

 

the neck is a wonderful place

 

to break the kisses

 

you look so beautiful

 

asteland on the edge of your lips

 

to bite your skin until it bleeds

 

impossible dreams

 

the little box and it's porcelain casket

 

to believe that the cliffs

 

are the brand of your teeth

 

put anywhere

 

the insect drinks day and night

 

our pain

 

small animal on the back to wait

 

ready for lightening

 

we will make the world, that's it

 

make the world a few seconds

 

then goes the white hankerchief

 

lying on your back looks like

 

a black butterfly when he is away

 

What we would not do for some love

 

I want to write more

 

even anger in our bellies

 

it's difficult to follow

 

to write more against your body

 

but my mouth is dead

 

I just made love with a man

 

the snake

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par d i v à 00:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 juin 2018

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par d i v à 00:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 juin 2018

 

 

 

 

 

 

 

 

PEUT-ETRE QU'ON EST DEJA MORT

 

 

 

 

https://soundcloud.com/user-157051101/peut-etre-quon-est-deja-mort

 

 

j'aimerai des bras
dormir dans des bras
enfiler des robes
pour que l'air glisse
entre l'étoffe...
pour que tu viennes 
mettre ta langue
mettre tes doitgs
et qu'on soit libre
et qu'on soit fou
qu'on se jette dans le feu
même si c'est glacé
même si ça fait mal
la première fois
les mots d'amour
au dos d'un livre
pour exister un peu
à l'encre bleue 
pour être utile
fini les courses 
fini les  mbres 
on choisira un autre cercle
pour y entrer
pour en sortir 
un sas
un angle si tu veux
il faut que je me quitte
sinon je vais tomber
opéra sombre ami
où vont les dents
quand tu mords dans la sangle 
est-ce bien le corps  
ou bien la sonde    
qui tient le mieux
j'ai jamais su te dire
ce laps de temps perdu
mais où sont les trésors
qu'on nous avait promis
ils sont peut-être dehors
cachés dans la nuit 
où est notre enfance
au milieu du grand parc 
élevé comme un totem
dans le jardin triste
j'ai mille fois recommencé
la langue
avec de la terre 
le collier du chien
pour nous tenir droit
en haleine
toujours tenir
c'est ça 
toujours tenir
on n'a plus le choix
quelqu'un cherchait
pendant qu'on fouillait
on a du perdre quelque chose
en chemin 
qu'as-tu retenu
de ta place
pour me regarder comme ça
et me confondre
certains visages ont disparu 
j'ai tout mon temps
choisi un nombre
et lance le dans le vent
j'ai tout mon temps
les petites boites
empilées se confondent  
un jour avec nos ongles
on écrira dedans
toute notre histoire
tu gardes les yeux ouverts
qu'as-tu appris de ton passage
rien peut-être jamais
ne jamais dire jamais
répond avant les autres
répète après-moi
le fleuve pris dans tes cheveux
coule pour croquer dans une poire
tu n'auras plus soif
les mots qu'on attendait
on n'a pas su les dire à temps
c'était beau à entendre
qu'est-ce que ça faisait du bien
quand ça glissait sous la robe
avec mes doigts
je pouvais sentir ta langue
tu peux coller l'enveloppe maintenant  
pour envoyer mes cendres
à ma mère 
avec mon masque
il fallait bien faire quelque chose
non 
pour prendre la grande route
la boucle
qu'est-ce que vous auriez fait
vous à ma place
peut-être qu'on était déjà mort
rien
perdu  
peut-être personne

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par d i v à 00:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 juin 2018

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par d i v à 00:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 mai 2018

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

l'Apocalypse - Goebbels Children - (LP 6 titres)

 

 

 

 

Ouvre ton coeur
  Et laisse entrer le soleil
Maman m'a dit une chose
  Qu'une petite fille devrait savoir
Tout est à cause du diable ]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

https://soundcloud.com/user-157051101/goebbels-children-lp-6-titres

 

 

 

 

 

 

HELGA https://soundcloud.com/user-157051101/chansonheldamp3

dans mes bras
ma poupée tremble un peu
quand il y a de l'orage
maman me dit
n'attrape pas froid
n'est pas peur
il ne t'arrivera rien
je suis là
je suis là
je veille sur toi
ma petite fille
mon enfant
mon ange
comme tu me ressembles
quand tu souris
quand tu as peur
quand tu marches
en face de moi
dans le jardin  
c'est le printemps
on ira demain
ou ce soir
tout en haut
sur la montagne
tu verras
c'est très beau là-bas 
les fleurs sont jaunes
rouges bleus
comme de la dentelle blanches 
posées sur tes robes
tous les rubans
pour attacher tes cheveux
bleus rouges
comme tes joues
comme tes paumes
mon enfant
joue dans les champs
au mille couleurs
avec une abeille
dans le vent
et toutes les pétales d'une rose
ma petite fille
mon enfant
vient dans mes bras
jouons encore ensemble
l'orage s'en va
regarde il est loin maintenant
il est tard
il faut dormir
maintenant
demain il fera beau
tu verras
tu verras...


HILDEGARD https://soundcloud.com/user-157051101/hildegard

soir
noir
brume
dehors il y a du bruit
un bruit d'acier
terrible
le printemps est derrière nous
la montagne a disparu
derrière ces murs
où nous nous cachons
jour et nuit
avec nos jouets
nos trains
nos poupées fantômes
nos envies
où seront-nous demain
qu'est-ce qu'on est venir faire ici
tu le sais toi
maman j'ai peur qu'on nous retienne
qu'on nous fasse du mal
que tout s'arrête ici
où est le petit chat
où sont nos habits blancs
nos instruments de musique
tout est noir ici
on n'entend plus les oiseaux
ni le vent
ni le chant des enfants sur la colline
on attend
mais rien ne ne passe
vraiment ici
on attend
peut-être la mort
dis maman
est-ce que c'est vrai
ce que les gens disent dehors
quand on met sa petite tête
contre la porte
dis maman
c'est quand qu'on rentre à la maison
nourrir le chat
viser le ciel
avec nos cerf-volant
de toutes les couleurs
se perdre dans le soleil
se perdre dans le soleil
à la tombé du soir
quand nous étions heureux
maman


HELMUT  https://soundcloud.com/user-157051101/helmut

maman 
tu me racontes une histoire
avant d'aller dormir
je n'ai pas sommeil
j'ai peur que l'orage revienne
c'est sourd
il semble loin
hors de porté
mais je l'entends quand même
ça fait des jours
qu'on entend le même bruit
au-dessus de nos têtes
penchées
nos petits corps
si fragiles
dans la brume et la cendre
avant d'aller dormir
tu me racontes une histoire
de pirate
de cowboy
de fée
de bateau
d'homme invincible
prêt à tout
pour nous sauver 
j'ai besoin de ta peau
de tes mots 
de tes bras
pour m'endormir
dans ce chaos
ce  désordre
qu'est-ce qu'on est venu faire ici
loin des 4 saisons
j'ai froid
j'ai faim
j'ai mal au ventre
où est le petit chat
sans nous 
qu'est-ce qu'il va devenir 
sans lui
je ne peux pas dormir
maman
ne ferme pas mes yeux tout de suite
raconte-moi une histoire
avant de m'endormir
dans tes bras
après
l'éclat blanc du soleil
sur mes habits neufs 
dans la cour
avec du poison
dans la bouche
pour me dire adieu
mon petit garçon


HOLDINE https://soundcloud.com/user-157051101/holdine

ma préférée
mon double
et mon enfant unique
toi qui parlait peu
toi qui partait seule
toi qui te cachait
sans les autres
ton frère
tes 4 sœurs
pour rire avec les oiseaux
les torrents
les roses
le vent pris dans tes cheveux
oh les nuages maintenant
sur ton visage d'ange
tu pleures
tu as peur
tu trembles
du matin au soir
toi qui ne montrait rien
tu es le trésor caché
la forêt
l'île mystérieux
la brume du matin
le livre ouvert et l'ombre 
tout
mais jusqu'où
allons-nous descendre
maintenant que nous sommes réunis
dans cette grande chambre
où tu ne parles pas
où tu regardes le sol
mon double
ma préférence
je crois
que tu as compris
dès le début
que c'est la fin
du voyage ici
tes petites mains
tes petites mains
qui glissent
le long de ton corps
toi qui regardait le ciel
sans rien dire
avant de fermer les yeux
sur ton livre
avant de t'endormir
ma préférée
mon instinct
ma petite fille
à demain
pour le dernier voyage
le dernier train


HEDWING https://soundcloud.com/user-157051101/hedwing

repose toi
encore un peu
mon enfant 
demain il fera beau
tu verras
on viendra nous chercher
calmement
nous prendre
on partira très loin d'ici
fini le bruit de l'orage
et le goût de la cendre sur nos lèvres
nos corps ont besoin
d'un autre soleil
pour oublier qui nous sommes
la brume dissipée du matin
pour nous frayer un passage
même le plus petit
robe blonde
farandole
dentelle
mon enfance traversant le pont
à reculons
je garde un secret
je dois vous dire quelque chose
je n'ai pas peur de la mort
je n'ai pas peur de quitter ce monde
il y a tant de choses à faire
à découvrir ailleurs
comme l'amour
comme le jeu
comme le mouchoir posé 
derrière mon dos
pour courir plus vite
que les autres
un cercle froid
humide maintenant
quand je ferme les yeux
je connais le nom des fleurs
je connais le nom des étoiles
je connais le prix à payer
de nos erreurs
prépare moi maman
je suis prête maintenant
et c'est toi qui me l'a appris
il ne faut pas avoir peur de l'orage
l'orage c'est une note de musique
pour trouver le sommeil


HEIDRUN https://soundcloud.com/user-157051101/heidrun

maman
donne-moi la main

plus vite
j'ai peur
je ne vois plus rien
ni la porte
ni les murs
ni tes mains
ni ton visage maman
on va tomber
ma petite tête
entre tes seins
on va tomber
et puis disparaître
pourquoi maman
pourquoi
c'est quoi ce goût amer
dans la bouche
ta peau
j'ai peur je m'endors
regarde mes poupées fondent
elles perdent leur visage
n'ont plus de mains
n'ont plus de jambes 
qu'est-ce que c'est
que ce mélange
on va tomber
où sont mes sœurs
où est mon frère
je ne contrôle plus rien
je tombe
on tombe
tous ensemble 
et c'est la fin
est-ce la fin d'ailleurs
le début la fin
cette sensation étrange
dans le cœur
mais c'est doux quand même
un léger voile 
mille couleurs
j'entends des voix
tout devient petit comme moi
j'ai 4 ans 
maman me coiffe
et me sourit
de temps en temps
maman me parle
et je ne l'entends plus vraiment
il faut dormir
il faut dormir maintenant 
ma petite fille mon amour
il est tard
où est le petit chat
dans le cœur
je le cherche jour et nuit
je le cherche dans la grande chambre
où nous sommes tous réunis
hier soir on a marché toute la nuit
jusqu'au sommet de la montagne
pour cueillir des roses noires
que je t'offre maman

 

 

 

 

 

 

 

 

 

30 mai 2018 - d i v

Posté par d i v à 00:13 - Commentaires [1] - Permalien [#]
21 mai 2018

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

https://soundcloud.com/user-157051101/janedoe

 

 

 

 

 

 

                JANE DOE

 

 

c'est la volonté des dieux
que tu entends 
alors ouvre ton cœur
c'est l'opéra du monde
que tu entends
alors ouvre ton cœur
petite pierre bleue
sectionnée
dans le nerf
la plus folle 
laisse entrer le soleil
des pharaons
dans la bouche ouverte
comme un aimant
la plaine s'offre à toi
ça y est
je suis un soldat maintenant
je suis prête
j'ai les cheveux rasés
et imbibés d'alcool 
un jour maman m'a dit une chose
dans l'air calme
et délicieux du soir
comme ça pour nous détendre
nous perdre
quand nous étions heureux 
c'est le choix du christ
qu'une petite fille devrait savoir
tu as mal lu le livre
comme la dernière fois
tu as mal au ventre
comme la dernière fois 
nous marchons
nous sommes lents
nous marchons dans la ville
mais la ville est morte sous nos pas
à la radio ce matin coule
une eau noire jusqu'à la fenêtre
mainte fois répétée dans le corps de l'autre
si petite dans le ciel
oh quelqu'un m'attrape
comme un loup
je ne résiste pas
oui à la radio ce matin coule
une fenêtre jusqu'à l'eau noire
il y a cette chanson
dans cette phrase si petite
quand tu as peur de mourir
tout est à cause du diable
alors nous allons écrire
toute notre histoire
pour le bien pour le mal
qu'on nous a fait
tous les bonheurs possible
quand tu m'ouvrais le ventre
avec tes ongles dans la cage dorée
magnifique maintenant
je nage comme un petit poisson
pour attraper le monde
avec mes dents vertes 
une mouche saigne dans un sac
qu'enfin je respire
j'écris le vent
dans la crinière du cheval
pour avancer plus vite
j'écris le muscle de la langue
qui finira sa course
peut-être dans les nuages
quand tout sera fini
mais non jamais
un jour maman m'a dit une chose
qu'une petite fille devrait savoir
je vais rester là dans ton corps
pour le meilleur et pour le pire
GKGKGKGKGK

Posté par d i v à 13:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 mai 2018

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

NOUS DEVONS DECOUVRIR LES POUVOIRS DE L'AMOUR - tryptique

 

 

 

 

 

Ouvre ton coeur
  Et laisse entrer le soleil
Maman m'a dit une chose
  Qu'une petite fille devrait savoir
Tout est à cause du diable ]

 

 

 

 

 

 

https://soundcloud.com/user-157051101/le-serpent

 

 

01 / LE SERPENT / Qu'est-ce qu'on n'aurait pas fait pour un peu d'amour si près du monde au large et dos au mur tu tires la langue t'avales un souffle ou est-ce une douleur après l'effort une micro fissure que tu sondes avec ton corps je sais pas j'en sais rien j'ai jamais su où allait les murs derrière toutes ces portes je regarde la route au-dessus de tes épaules j'aime bien tes pieds pour me marcher dessus j'aime bien ta large queue pour inverser les rôles pour voir un peu la mort de l'autre qu'est-ce qu'on n'aurait pas fait pour un peu d'amour je laisse fondre le soleil sur des fleurs abîmées que tes robes embrasseront peut-être tu sais la robe bleue que la nuit assassine au matin quand les corps sont fatigués toujours applaudir l'ombre supérieur à la lumière quand tu marches en face de moi y a des pierres foncées devant le palais détruit à force de rompre et de pencher la tête tu dessines une forêt pour te perdre avec moi enlacés la nuque est un endroit merveilleux pour rompre les baisers oh regarde le beau terrain vague au bord de mes lèvres pour te mordre la peau jusqu'au sang dans des rêves impossibles à faire la petite boite dans son écrin de porcelaine pour croire que la falaise est la marque de tes dents posées n'importe où l'insecte boit jour et nuit notre peine petit animal sur le dos prêt à attendre la foudre on refera le monde c'est ça on refera le monde quelques secondes et puis s'en va le mouchoir blanc posé derrière ton dos ressemble à un papillon noir quand il est loin qu'est-ce qu'on n'aurait pas fait pour un peu d'amour j'ai plus envie d'écrire même la colère dans nos ventres est difficile à suivre j'ai plus envie d'écrire contre ton corps ma bouche est morte je viens de faire l'Amour avec un homme le serpent.

 

 

 

 

https://soundcloud.com/user-157051101/misspearl

 

 

02 / MISSPEARL / Je porte une belle robe Je suis une femme Je porte des talons hauts Un corps parfait Je suis pas mal J’ai les seins ronds Deux pommes Ultra-sensible Quand on les frôle Si tu savais L’effet que ça me fait Quand ça résonne Je suis belle intelligente sportive Nucléaire élancée narrative Un peu maquillée du phare sur les joues c’est tout Pour vous plaire Un peu salope quand je marche J’aime qu’on me regarde danser rire travailler Faire du sport traverser la rue Ecrire un peu M’oublier Voir dans leurs yeux Que ça les excite Un peu Je ne vous regarde pas Je regarde le ciel Passer les avions Les parcs Les beaux garçons Je suis seule Et j’en crève De tout ça Si tu savais Je dors sur le côté J’écoute de la musique Je porte une belle robe Un beau pantalon Parfois je provoque Quand vous me plaisez Je suis chez moi Je me masturbe me doigte me caresse J’ai des objets Je finirai ce soir Je porte du vinyle du cuir du mascara des faux cils Je vais parfois le soir en boite pour baiser verticalement Comme ils disent Dans mon lit je dors et fais le grand écart Devant des émissions sportives Je suis une femme Une tranche de vie Du pain Du Lexomil du chocolat Du rouge à lèvre bleu Gris turquoise Des talons hauts Chemise transparente Celle qui dessine Le mieux mon corps Car j’en ai un Comme les tops modèles dans les magazines Mais je suis seule et je traine De ville en ville J’ai du chagrin Je vais pas bien Je nage dans une eau froide Alors qu’il fait soleil Je prends du Lexomil Je marche dans la rue J’ai des chaussures qui brillent J’aimerai partir Loin d'ici Je pense à des trucs Je marche dans la rue Y a cette fille qui me regarde elle matte mon cul Je suis chez elle elle m’embrasse défait ma robe je suis nue je fais pareil et on a joui elle me regarde elle me sourit... c’était pas mal et je suis bien.

 

 

 

 

https://soundcloud.com/user-157051101/holdine-kathrin-g

 

 

03 / HOLDINE-KATHRIN G / Joseph rempli le cendrier Avec ses vieux os Pour écrire sa vie Sur du papier journal Jaune comme les rideaux De l’appartement Joseph comprend Qu’une fleur blanche Laisse de la cendre Partout où il passe Dans le cœur des femmes Silence en chemin Pour exorciser la plaie Qui ne se referme pas Tout de suite Comme une bouche On cicatrice comme on peut Quand on n’a plus le choix Médicaments blouse blanche Hôpital psychiatrique Un souvenir d’enfance Avec un livre sous le bras Personne n’en veut Elle était pourtant belle la voisine Avec ses cheveux longs bouclés Dans le dos quand elle lisait Arthur Rimbaud sur les marches de l’église En écoutant la voix d’Antony Joseph ressent Les premiers symptômes Sur la puissance de dieu N’appartenir à rien Dans ce monde Ou l’amour est une matière molle Moteur handicapant Jouir quelques secondes En pensant à elle En train de se verser du sang Un sacrifice humain Une tâche d’encre Pour lui écrire des mots d’amour A la polonaise Qui danse devant lui Comme une amazone Joseph se masturbe dans un chiotte En regardant le corps sublime D’un top model dans les pages D’un magazine art corps Joseph en a pleins les mains Plein le cul de tout ça Elle est tellement belle Avec sa bouche Il aimerait lui écrire un poème En forme d’aveu De récompense Lui dire je t’aime Qu’est-ce qu’on ne ferait pas Pour de la peau Toucher un soleil Dériver 100 jours Pour toucher dieu Dans l’écriture Comme un vent du sable Une parole de la pourriture Joseph c’est fini Quand tu regardes le ciel L’or des maisons Le sexe des totems L’ivoire des couleurs Imprimées sur le corps Des jolies femmes Qui baissent les yeux sur toi Joseph Quand tu les regardes Il y a quelque chose de mort Qui circule en toi C’est la vie Le sexe coupé des anges Qu’est-ce qui t’as pris De tuer comme ça Le petit animal sec Contre ta poitrine Joseph C’est l’heure avant l’été Les mouches Et l’heure d’écrire Joseph tu connaîtras Le parfum des femmes Après ta mort Qu’est-ce qui t’as pris De tuer comme ça Le petit animal sec Contre ta poitrine Joseph

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par d i v à 00:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]