/

/

/

/

/

JE SUIS UN GRAND MALADE

/

/

/

/

//

/

mort parce que j’ai créé l’impossible une longue transversale un endroit doux mort parce que je suis huitième sur un million à regarder mes doigts fondre dans ta bouche j’ai tranché le sexe d’un ange à sa nuque pour voir ma mère me mettre au monde ta peau sent la citronnelle et voici le secret que nous n’avons pas encore gouté je suis entré dans une chanson d’amour je n’ai pas le droit de dire que je suis né dans ton ventre une maladie décharge son acier je suis sur un grand plateau je maîtrise l’arbre et la distance des fruits l’oublie comme le rouge et la distance de l’eau que parcours les dimanches enfoncés dans la boue l’amour est une multitude de petites choses une odeur qui va droit sous les ongles j’en ai marre d’écrire mille fois les mêmes choses je suis mort quand tu t’endors comme une arabesque un foulard posé dans le néant dans le lointain sur des roses je n’ai pas pu me suivre je sais foulée dans l’absence sexuelle est un arbre enfoncé dans le décor sale pute pourquoi tu m’as mis dans une cellule d’isolement pour comprendre qu’une maladie est une voleuse de sentiment j’attends ta lettre avec ta mèche de cheveux dedans elle sera le marque page d’un livre magnifique et beau comme ta chatte que je mouille avec un pinceau pour peindre la fin du monde encore une fois dans ta gorge si je te dis que nous sommes fier d’appartenir au même sang j’écris que tu te mouches en pensant à mes cheveux naturelles qui se balancent à ton cou Ian donne-moi la force je veux être la reine des femmes encule moi avec ta langue avec ta force respire-moi respire-moi s’il te plait respire mon petit cul accoudé à tes larmes dans un verre pour que je me bouffe quand il sera trop tard je mettrais une jupe je me promènerais à poil je séduirais mon père pour qu’il baise avec moi je suis la trisomie d’un couple une adn à caresse blanche pour m’oublier démonstration j’ai percé ton oreille pour entendre taper mes doigts sur un clavier de merde j’ai bu la voix toute étranglés des nuis solitaires sur deux chansons sur 3 j’aimerais sortir de son nid l’architecture et cette philosophie très belle qui consiste à écrire les yeux fermés le monde et le retour inverse sous la mer la vapeur de la pureté des larmes qui coulent sur ton corps parce que tu as perdu ton chat j’ai traversé l’amour comme on traverse la langue avec une petite cuillère pour faire tenir ton bras dans la forme d’un carré incompatible et respectueuse est la démarche poétique cent pour cent naturelle pour protéger les abeilles noires et ton sperme qui coule dans un hectare de peau infecté par le désir et la passion de vivre tu peux me déglinguer l’anus et l’amygdale mais ça réclame la plus grande des précisions

/

/

/

/

/

/

/

/