JE SUIS LE PEUPLE SINGE


 

 

 

Et le cheval qui tombe. Sur le sable sec. Et le soleil qui rentre. Sur le cheval tout propre. Je suis le peuple singe. Et le regard qui flambe. Sur des choses humides. Et le soleil qui tombe. Sur le retour des choses. Je suis le peuple singe. Et le discours d’une reine. Sur le bonheur qui fuit. Et le retard des trains. Le mauvais temps qui passe. Je suis le peuple singe. Sur la musique des mots. Sur la blessure qui s’ouvre. Et la journée s’étire. Sur le cadran des heures. Je suis le peuple singe. J'ai un genou à terre. Sur le terrain qui monte. Et le désir amer. Sur la folie du monde. Je suis le peuple singe. Et l’abandon des vivres. Sur la grande plage déserte. Et l’animal qui sèche. Sur le désir de vivre. Je suis le peuple singe. La voiture qui s’arrête. Sur la route enneigée. Tout le poids de l’enfance. J’ai les mains abîmées. Je suis le peuple singe. Dans la cage suspendue. Tout là-haut dans le vide. Quand le cœur bat encore. Dans l’équation des villes. Je suis le peuple singe.

 

 

 

 

 IMG_6731

 

  je suis le peuple singe

 

 

 

Et le cheval qui tombe et le regard qui flambe et le discours d’une reine sur la musique des mots je suis le peuple singe sur le sable sec sur des choses humides sur le bonheur qui fuit sur la blessure qui s’ouvre je suis le peuple singe sur la grande plage déserte sur la route enneigée tout là-haut dans le vide sur la blessure qui s’ouvre je suis le peuple singe et le soleil qui rentre et le soleil qui tombe et le retard des train et la journée s’étire je suis le peuple singe et le désir amer et l’animal qui sèche tout le poids de l’enfance quand le cœur bat encore je suis le peuple singe le cheval tout propre sur le retour des choses le mauvais temps qui passe sur le cadran des heures je suis le peuple singe sur la folie du monde sur le désir de vivre j’ai les mains abîmées dans l’équation des villes je suis le peuple singe.