LE TRIANGLE AMOUREUX

 

 

 

deux jours qu’on se loupe mon amour c’est pourtant pas l’envie qui nous manque et ce n’est certainement pas le va et vient incessant des nuages dans le ciel qui aurait pu changer quelque chose à tout ça elle me dit tout doucement à l’oreille pendant que je dessine machinalement des croix chrétiennes sur son bras pour l’enterrer vivante dans ma peau alors elle me dit j’aime pas faire l’amour quand j’ai mes trucs j’ai toujours trouvé ça crade hostile pas beau mais j’ai envie de te sentir tu peux me prendre le cul si tu veux il est à toi tout est à toi dit tu veux que j’enfile ma petite culotte en cuir pour t’exciter je lui dis oui et le spectacle de son petit cul serré dans la matière animale me fait bander très vite elle ouvre son petit cul de porcelaine elle ouvre son petit cul écrin doré comme de la soie il faut le préparer mon petit cul crache dedans ouvre le avec tes doigts cracher comme on pourrait peindre un tableau dans le noir pour y assembler des formes avec de la matière opaque il faut trouver le champs lexicale des non-dit il faut sentir la viande et les légumes et l’eau concassé épuré détruit la merde pour faire joujou comme des enfants c’est ça ta merde que je respire est le plus vrai des trésors car il est pur belle bonheur et j’en retire avec les ongles encore pour aller jusqu’au fond le plus loin possible je sais tout ça on aime avec son ventre le corps en est le résultat sublime le corps est compassionnelle le corps et sa belle mécanique de précision le corps et toute ta merde les yeux fermés qu’est-ce que tu touches qu’est-ce que tu cherches de si précieux en moi la merde pour faire joujou comme des enfants