11 mai 2011

: :     :         Suicide Sunday part IV : : : chevaux cheval et s'y tenir à l'embuscade moi quand j'étais folle de toi je parcourais ton corps de mille manières qui soit les plus instables les plus torrides avec celles qui vous fond du mal celles qui vous hantent et vous réveillent la nuit comme tous ces visages traversés par de la craie pour finir le cercle et c'est et c'est presque fini nous sommes maintenant à l'écart des choses et de l'autre tu sais c'est comme... [Lire la suite]
Posté par d i v à 23:13 - Commentaires [2] - Permalien [#]

10 mai 2011

; ; ; ; ; ;   ; ; ; ; ; ; ; ;; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ;   j'a u r ai s vo ul u ê tr e un art is te : : : : : : :: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :  
Posté par d i v à 16:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]
10 mai 2011

  : : :             je reviendrais dans les anciens territoires te donner la main te donner le là les anciens territoires avec leur ciel bleu au-dessus de nos têtes comme des morceaux d'ardoise pour que la pluie coule et vienne un peu plus vite dans nos mains les anciens territoires où tes yeux deux perles dans la nuit que je suivais sans avoir peur des orages cette peur qu'on froisse dans le ventre du chagrin des jours sans pour oublier d'avoir été en vie les anciens territoires où... [Lire la suite]
Posté par d i v à 11:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 mai 2011

          bauhaus         : :: : : : : :
Posté par d i v à 19:25 - Commentaires [1] - Permalien [#]
04 mai 2011

d'Attila József à Krisztina Rády - le cercle de craie

  :               dis-moi tu n'as pas froid une averse qui passe au-dessus de nos têtes de l'instabilité statique nerveuse qui se promène partout dans le corps qu'on ressent quand nous marchons toi et moi au bord prêts à basculer un cheval au galop la force des vagues une dent qui rentre dans la peau quand le ciel est incomplet violet grand comme ça violent sans faire de bruit nous le cachons dans nos poings comme une ville qui prend forme la nuit... [Lire la suite]
Posté par d i v à 03:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mai 2011

            C. TARKOS     : : : : Je suis né en 1963. Je n’existe pas. Je fabrique des poèmes.1. je suis lent, d’une grande lenteur2. invalide, en invalidité3. séjours réguliers en hôpitaux psychiatriques depuis 10 ans Christophe Tarkos est mort le 30 novembre 2004. : : : : : :
Posté par d i v à 19:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 avril 2011

c'est l'histoire de l'homme qui voulait être une femme

  : : : : :                     : : : : : : :  
Posté par d i v à 18:57 - Commentaires [1] - Permalien [#]
22 avril 2011

  : : :       : : : : Fatigué d’avoir exténuer le jour avec tes dents. Fatigué d’avoir couru un 100 mètres sur les mains. Fatigué d’avoir extrait de la table un peu d’or fin. Pour le perdre aussitôt. Fatigué de rire. Fatigué de vivre. Fatigué de dessiner cette petite croix sur un morceau de carton. Celle que tu portes sur le dos comme un camion. Fatigué fatigué. Fatigué d’écrire parce que ça ne sert à rien. C’est le syndrome des mouches tout simplement nous sommes voués à un échec certain. Ça monte.... [Lire la suite]
Posté par d i v à 18:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 avril 2011

/ //                     : : : : ::   OBJET A TROUVER / / /   Je glisse en nous donne-moi ta main ton souffle à perte J’ouvre la fenêtre besoin d’oxygène la chambre est dans la chambre Dis-moi si ça t’inquiète si j’accélère dans la descente Pour reprendre un peu plus de vitesse avec du vent Nous doublons des soleils il y a des fleurs et des pétales qui nous suivent Jusqu’ici tu me croises tu me doubles tu me crois Quand j’ai de la peine à te... [Lire la suite]
Posté par d i v à 23:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 avril 2011

  : :     : : : : : Cantiques des non cantiques – peinture de l’œil       : Les coudes appuyés. Oh du soleil dans la bouche. Par grappes. Il y a du silence lâché du pollen sur la tranche d’un livre que tu refermes. Sur le sable. Oh du soleil. Du soleil juste à côté de nous. Pendant que les enfants dorment. Tu sais. J’ai rêvé de câbles sur la grande route. Pour amener le soleil jusqu’ici. Du soleil jusqu’ici en ordre décroissant. Derrière la baie vitrée. Le trait brin de l’onyx. La salive... [Lire la suite]
Posté par d i v à 17:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]